Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  16-03-2010 14:23:57   La fronde monte à l'UMP

MpokNews
Administrateur
Inscription: 06-02-2006
Messages: 149

Les membres de l'UMP n'hésitent plus à critiquer ouvertement la stratégie de Nicolas Sarkozy. …

Lire l'article…


Administrateur MpokNews

#2  17-03-2010 16:06:41

Gaston
Régulier
Inscription: 14-12-2007
Messages: 59

Le navire « Sarkozy » prend l’eau…

La grogne s’installe parmi les députés et sénateurs de l’UMP. On ne compte plus les déclarations assassinent.

"Je considère, moi, que le très fort taux d'abstention qu'il y a eu en France, c'est un avertissement à l'égard du président de la République" (Ladislas Poniatowski, sénateur UMP de l'Eure)

Bernard Debré, a dénoncé mardi 16 mars l'ouverture qui mène à la "catastrophe" et fait perdre "des voix de droite".

"On a pris une claque, la vertu d'une claque en politique c'est au moins de réveiller", a quant à lui déclaré le député chiraquien de l'Aube François Baroin sur Europe 1. "Il faudra que Nicolas Sarkozy entende le message, il a un virage à amorcer".

Dimanche soir, sur les plateaux de télévision, "le déni de réalité qui s'est emparé des leaders de l'UMP était saisissant", écrit le député Nicolas Dupont-Aignan (ex-UMP) de l'Essonne. "Un mauvais président, une mauvaise politique, une mauvaise stratégie électorale, comment imaginer un sursaut sans tout revoir radicalement ? "

Quant au député Lionnel Luca (Alpes-Maritimes), il joue la carte de la dérision : "Les sept partis unis pour ces élections, ce sont tout simplement les sept nains de Blanche Neige ! On attend toujours la dynamique promise pour le premier tour !"

François Fillon aurait déclaré "Ceux qui choisissent l'entre deux tours pour formuler des critiques sur l'action du gouvernement de leur formation politique, ce ne sont pas des caractères bien trempés".

Il a le caractère bien trempé F. Fillon, chef du gouvernement, pour accepter que toutes les décisions importantes soient prise par N. Starkozy et ses conseillers !

D’après TV5MONDE, le président Nicolas Sarkozy a reçu mercredi le patron des députés UMP Jean-François Copé et devait ensuite déjeuner en tête à tête avec le secrétaire général du mouvement Xavier Bertrand, à quatre jours du second tour des élections régionales.

Dimanche soir, il va peut-être annoncer la dissolution de l’Assemblée Nationale ! rigolerigolerigole

#3  18-03-2010 09:45:03

Stilh
Régulier
Inscription: 01-12-2007
Messages: 64

Face au FN, François Fillon ressort le discours sécuritaire

«A tous ceux que la violence inquiète, à tous ceux qui veulent faire reculer la peur, je leur demande de nous juger sur nos actes et de ne pas se disperser dans leurs votes», a-t-il déclaré, dans un clair appel à ceux qui ont voté Front national au premier tour.

Après l’avoir écouté le soir du premier tour, j’avais cru comprendre qu’il s’agissait d’élections régionales ?.
La sécurité fait-elle partie des responsabilités des régions ? Bien sur que non !
C’est dramatique de voir comment le discours des politiques peut changer au gré des résultats électoraux.   Décidément, la cohérence n’est pas la qualité première de ce gouvernement.

Dans les régions, au niveau local, les candidats UMP ne veulent surtout pas que l’on parle du bilan national de la droite. On les comprend !

Si les Français confirment leur vote du premier tour, le gouvernement pourrait bien ressembler lundi à une équipe de losers. Pas moins de 20 ministres sont candidats aux élections régionales, et tous devraient être battus. Du coup, pour quelques-uns, le Conseil des ministres de ce mercredi matin 17 mars pourrait bien avoir été le dernier. (NouvelObs.com)

Mais, sachant que la politique et la stratégie se décident à l’Elysée, on se demande qui devrait quitter le navire…
Nicolas Sarkozy pourrait se cantonner à « inaugurer les chrysanthèmes », comme ses prédécesseurs de la 4ème République ? rigole

#4  18-03-2010 10:27:52

Gaston
Régulier
Inscription: 14-12-2007
Messages: 59

Sur le même sujet...

François Fillon, venu soutenir la tête de liste UMP en Île-de-France, à la Mutualité à Paris, a déclaré : "La semaine dernière à Epernay, des voyous ont violemment caillassé des policiers qui procédaient simplement à un contrôle routier. L'un d'entre eux vient de décéder. Caillasser, insulter, vandaliser, tirer, tuer : désormais il semble qu'il n'y ait plus aucune limite pour certains".

Le problème, c'est que le policier en question, grièvement blessé, n'est pas mort, révèle jeudi matin France Inter, qui précise que Matignon a reconnu avoir commis une erreur.

Erreur ? Vous avez bien dit erreur ?
Mais où va t-on ? Tout semble permis pour recueillir des voix.

"Il semble qu'il n'y ait plus aucune limite pour certains"

Si, si, le bateau coule...

Dernière modification par Gaston (18-03-2010 10:32:07)

#5  18-03-2010 11:09:55

Bertrand
Nouveau membre
Inscription: 13-03-2010
Messages: 4

Gaston a écrit:

Le problème, c'est que le policier en question, grièvement blessé, n'est pas mort

Ce n’est pas un problème, c’est une bonne nouvelle (surtout pour le policier). Il y a des expressions qui sont un peu maladroites !

Bien que généralement modéré et penchant plutôt à droite, je commence quand même à me poser des questions.

Et à première vue je ne suis pas le seul.

J’ai voté pour Nicolas Sarkozy en 2007, mais je pense que je ne recommencerai pas. J’ai été trop déçu par son comportement et son exercice autocratique du pouvoir.

Quant à  François Fillon, ses propos hier soir à la Mutualité l’ont complètement disqualifié.

#6  22-03-2010 16:09:30

Gaston
Régulier
Inscription: 14-12-2007
Messages: 59

SarK.O.

Le bateau n'était pas si solide que cela...
http://s168804610.onlinehome.fr/bateau.jpg

Aucun des huit ministres de Nicolas Sarkozy têtes de liste pour les élections régionales ne s'est imposé dimanche. Le plus mauvais score est celui de Xavier Darcos, ministre du Travail, en Aquitaine. Avec 28,01% des suffrages, il accuse un retard de plus de 28 points sur le socialiste sortant Alain Rousset (56,34%).

Et pourtant on va continuer avec les mêmes, ou presque, pour mener une politique identique, rejetée par une majorité d'électeurs.

Et que l'on ne me parle pas des abstentionnistes, les absents ont toujours tort...

Au lieu de râler, le PS devrait être content. Plus cela ira mal et plus il aura de chances en 2012.