Accueil

 

Contact

 

 

 

NFL : Saison régulière 2016-2017


Afficher / Cacher le tableau général de la saison

Quelques considérations sur cette saison régulière 2016-2017 :

  • La saison des "rookies" : c'est incontestablement le point majeur de la saison de football, la performance exceptionnelle de nombreux "rookies" (premières années), et en plus à des postes clefs. Normalement, même les meilleurs joueurs ont besoin d'une à deux années d'adaptation au monde professionnel avant de donner leur pleine mesure, et s'il y a parfois des rookies qui brillent, cette année leur nombre a été bien plus important que d'habitude. On signalera en particulier la bonne saison de Trevor Siemian, qui avait la lourde tâche de remplacer la légende Peyton Manning au poste de quaterback chez les Denver Broncos (tenants du titre). Malheureusement, les Broncos se sont retrouvés dans une poule forte et n'iront pas en playoffs cette année (de même d'ailleurs que leurs adversaires au dernier Super Bowl, car les Carolina Panthers ont complètement raté leur début de saison).
    Mais c'est surtout le duo de rookies à Dallas qui a beaucoup fait parler… oui Si Siemian était prévu à Denver, ce n'était pas le cas de Dak Prescott à Dallas. Il a profité d'une blessure du titulaire en pré-saison pour lui prendre la place, et a tellement performé qu'il ne l'a plus lâchée, devenant l'un des meilleurs quaterbacks de la saison. Quant à son coéquipier, lui aussi rooky, Ezekiel Elliott a carrément fini la saison meilleur running-back de la Ligue tongue avec un total de 1631 yards (et 15 TDs). Il est évidemment extrêmement rare que 2 rookies se révèlent dans la même équipe, et encore plus aux deux postes les plus importants en attaque.
  • Relocation des Rams : comme indiqué dans le bilan la saison dernière, les Rams ont quitté Saint-Louis pour revenir à Los Angeles (qu'ils avaient quitté dans les années 90s). Évidemment, ils jouent encore (pour quelques années) dans l'ancien Memorial Coliseum, en attendant la construction d'un nouveau stade flambant neuf. Quant aux Chargers et les Raiders, ils restent pour l'instant respectivement à San Diego et Oakland, mais il faudra prendre une décision assez vite vu la vétusté de leurs stades.
  • Prolongations, égalité : comme l'année dernière, beaucoup de matchs ont été serrés, avec même de nombreuses prolongations (on a ainsi eu une semaine 3 matchs se finissant en prolongation le même dimanche, du jamais vu blink !). Au total : 13 matchs en prolongation. Et comme on peut le voir sur le tableau des bilans ci-dessus (avec les équipes en "x - y - 1"), DEUX de ces prolongations se sont soldées par une égalité unsure. C'est un cas normalement rare, mais depuis que l'on ne peut plus gagner avec un unique field-goal (il en faut deux, ou un touchdown) cela a tendance à se produire une fois par saison. Deux fois c'est inédit.
  • Protestations lors de l'Hymne National : enfin, citons ce qui a suscité plusieurs polémiques en début de saison (et qui fait moins le buzz maintenant, même si le mouvement continue). À l'initiative du quaterback des 49ers de San Francisco, Colin Kaepernick, plusieurs joueurs ont décidé de protester contre le traitement réservé aux minorités raciales, d'abord en restant assis pendant l'Hymne, puis lors des matchs suivants en écoutant celui-ci avec un genou à terre neutral. Ce mouvement, qui s'est étendu d'abord à d'autres équipes puis à d'autres sports, n'a jamais réuni un nombre important de joueurs, et n'a pas été bien considéré par les spectateurs, à cause de l'importance donnée à cet l'Hymne aux Etats-Unis.
Note : un mot en passant sur la saison désastreuse des San Francisco 49ers. Après une victoire au premier match, ils ont enchaîné un record de 13 défaites consécutives (!!), pour finir sur un piètre bilan de 2-14. Certaines défaites étaient un peu la faute à pas de chance (en particulier une en prolongation), mais c'était des défaites quand même. Le "nouveau" coach est devenu dès dimanche soir "l'ancien" coach rigole, après donc seulement une saison (c'est donc la deuxième fois consécutive qu'un coach ne fait qu'un an de contrat à San Francisco…).