Accueil

 

Contact

 

 

 
First roundPreview Conf. SemifinalsPreview Conf. FinalsPreview FinalsPreview
   

First round

Tableau des équipes qualifiées Bilan de la saison régulière 2014-2015

Commentaires partiels :
  • Update 23/04 : cette nuit pouvait avoir lieu un fait historique. En effet, JAMAIS dans l'histoire des playoffs (depuis qu'ils ont ce format de 4 séries dans chaque conférence) les scores avaient été de 2-0 dans TOUTES les séries (pas forcément sans aucune victoire à l'extérieur, puisque on peut aussi avoir 2-0 à l'extérieur, comme Washington ou Memphis cette année). Finalement, le dernier match de la soirée a vu la victoire sur le fil (en prolongation) de San Antonio, et donc, après 2 matchs joués dans chacune des séries, on a 7 scores à 2-0 sur 8, ce qui n'était tout de même plus arrivé depuis 2008. Rappel : la série de San Antonio fait l'objet d'un résumé particulier ci-dessous.
  • Update 30/04 : contrairement à l'année dernière où on avait battu plusieurs records au premier tour (pour le suspense : 5 "matchs 7"), c'est l'inverse cette fois hmm : 3 séries en "4-0" et 2 autres en 5 matchs (après être passées toutes deux par un 3-0 !). Il reste donc 3 séries qui iront au moins en 6 matchs, dont la surprise BKN-ATL, seule série à ne pas avoir de victoires à l'extérieur pour l'instant (et qui en plus est décalée au niveau du calendrier, donc si ça va en sept matchs, ce pourrait être 3 jours après tout le monde !).
Résumé de ce premier tour (03 mai) :
  • Comme déjà souligné ci-dessus, les séries de ce premier tour ont été moins passionnantes que l'année dernière (mais il est que les playoffs 2013-2014 étaient un peu exceptionnels). C'est surtout "Chicago-Milwaukee" et "Los Angeles-San Antonio" qui ont été intéressantes et serrées. Si il y a bien eu 3 prolongations (dont une double), seuls 3 matchs (sur 41) se sont terminés par un écart de 3 points ou moins (soit une seule possession).
  • La logique a finalement été respectée : on retrouvera au prochain tour les trois premières équipes de chaque conférence, ainsi que la "seed #5" de chaque côté (qui étaient nettement supérieures à la quatrième).
Équipes qualifiées : saison 2014-2015
RangConférence Est (East)Bilan
1
Atlanta Hawks
60 - 22
2
Cleveland Cavaliers
53 - 29
3
Chicago Bulls
50 - 32
4
Toronto Raptors
49 - 33
5
Washington Wizards
46 - 36
6
Milwaukee Bucks
41 - 41
7
Boston Celtics
40 - 42
8
Brooklin Nets
38 - 44
RangConférence Ouest (West)Bilan
1
Golden State Warriors
67 - 15
2
Houston Rockets
56 - 26
3
Los Angeles Clippers
56 - 26
4
Portland Trail Blazers
51 - 31
5
Memphis Grizzlies
55 - 27
6
San Antonio Spurs
55 - 27
7
Dallas Mavericks
50 - 32
8
New Orleans Pelicans
45 - 37
Conférence EstConférence Ouest
(1) Atlanta Hawks
4Game 1 : Bkn 92, Atl 99
Game 2 : Bkn 91, Atl 96
Game 3 : Atl 83, Bkn 91
Game 4 : Atl 115, Bkn 120
Game 5 : Bkn 97, Atl 107
Game 6 : Atl 111, Bkn 87

Fiche…
(8) Brooklin Nets
2
(1) Golden State Warriors
4Game 1 : No 99, Gs 106
Game 2 : No 87, Gs 97
Game 3 : Gs 123, No 119
Game 4 : Gs 109, No 98



Fiche…
(8) New Orleans Pelicans
0
(4) Toronto Raptors
0Game 1 : Wsh 93, Tor 86
Game 2 : Wsh 117, Tor 106
Game 3 : Tor 99, Wsh 106
Game 4 : Tor 94, Wsh 125



Fiche…
(5) Washington Wizards
4
(4) Portland Trail Blazers
1Game 1 : Mem 100, Por 86
Game 2 : Mem 97, Por 82
Game 3 : Por 109, Mem 115
Game 4 : Por 99, Mem 92
Game 5 : Mem 99, Por 93


Fiche…
(5) Memphis Grizzlies
4
(3) Chicago Bulls
4Game 1 : Mil 91, Chi 103
Game 2 : Mil 82, Chi 91
Game 3 : Chi 113, Mil 106
Game 4 : Chi 90, Mil 92
Game 5 : Mil 94, Chi 88
Game 6 : Chi 120, Mil 66

Fiche…
(6) Milwaukee Bucks
2
(3) Los Angeles Clippers
4Game 1 : Sa 92, Lac 107
Game 2 : Sa 111, Lac 107
Game 3 : Lac 73, Sa 100
Game 4 : Lac 114, Sa 105
Game 5 : Sa 111, Lac 107
Game 6 : Lac 102, Sa 96
Game 7 : Sa 109, Lac 111
RésuméFiche…
(6) San Antonio Spurs
3
(2) Cleveland Cavaliers
4Game 1 : Bos 100, Cle 113
Game 2 : Bos 91, Cle 99
Game 3 : Cle 103, Bos 95
Game 4 : Cle 101, Bos 93



Fiche…
(7) Boston Celtics
0
(2) Houston Rockets
4Game 1 : Dal 108, Hou 118
Game 2 : Dal 99, Hou 111
Game 3 : Hou 130, Dal 128
Game 4 : Hou 109, Dal 121
Game 5 : Dal 94, Hou 103


Fiche…
(7) Dallas Mavericks
1
  • => Los Angeles Clippers - San Antonio Spurs

    Comme je le disais dans mon bref résumé de la fin de la saison régulière (disponible comme d'habitude en haut de la page 'playoffs' du premier tour), les San Antonio Spurs se sont compliquées les choses en ne gagnant pas leur dernier match de saison régulière (ou en fait, n'importe lequel parmi leurs 27 défaites, sur 82 matchs au total… wink). Car entre la 2ème place et la 6ème place qualificative, il y a un gouffre, en l'occasion un calendrier de playoffs beaucoup moins favorable. Et c'est ballôt quand c'est seulement à un match prèssiffle

    Ainsi, une série de premier tour contre Dallas ET avec l'avantage du terrain aurait été préférable à une série contre les Los Angeles Clippers SANS le parquet. Ce sera déjà un combat difficile, contre une équipe majoritairement jeune, mais qui comporte deux joueurs d'exception : la révélation Blake Griffin et l'expérimenté Chris Paul.
    Bien sûr, les Spurs ont du répondant et rien n'est joué à l'avance. Et on verra aussi si "l'expérience en playoffs" n'est pas que synonyme d'"équipe vieillissante"… (ceci dit, c'était déjà le cas l'année dernière, et ils ont gagné le titre ! smile).
    -----
    Game 1 : premier quart-temps tout à l'avantage des Clippers (jusqu'à +12 pts en fin neutral), mais les Spurs réagissent bien dans les premières minutes du deuxième, ce qui leur permet de revenir un peu au contact, et ils ne sont plus menés que de 6 points à la mi-temps. Malheureusement Paul et Griffin ont pris le contrôle du troisième quart-temps, avec en particulier un run de 24-10 ! Et San Antonio n'a que fait jeu égal dans le quatrième, concédant ainsi leur première défaite dans un "Game 1" des playoffs depuis 11 séries consécutivesunsure

    Game 2 : la force des Spurs est leur grande expérience des playoffs et leur capacité à se relever après un mauvais match. Et cela s'est vu dès les premières minutes de ce deuxième match, où San Antonio est mieux parti, et a construit une légère avance qui est restée à la fin de chacun des 3 premiers quart-temps : +4, +5, +3. Les pbms commencent dans le quatrième… Tout d'abord Tony Parker, qui s'était déjà tordu la cheville au debut du Match 1 (mais qui avait continué à jouer), a cette fois quitté le parquet à quelques 5 minutes restantes pour une blessure au talon d'Achille. Directement aux vestiaires, et vu qu'on était dans un match serré, cela laisse envisager une blessure assez sérieuse (il est vrai néanmoins qu'il avait réalisé jusque là un match horrible : 1 seul point, 0 sur 6 au shoot…). Puis Manu Ginobili fait une faute de trop et est éjecté du match. Heureusement, la 3ème star, le vétéran Tim Duncan (qui fêtera ses 39 ans dans 3 jours…) réalise un grand match ce soir ! smile Après avoir commencé le match par devenir le 5ème joueur dans l'histoire à passer le cap des 5000 points en playoffs tongue, il termine le match avec 28 points et 11 rebonds (159ème double-double en playoffs, record en cours). Bref, après avoir arraché la prolongation, les Clippers perdent finalement, et la série est à égalité 1-1.

    Game 3 : dans ce premier match de la série à San Antonio, les Spurs prennent l'avantage dès le premier quart-temps (+9), conservé au deuxième (+8 à la mi-temps). Mais contrairement au match précédent où les Clippers avaient commencé à revenir au troisième, ils s'effondrent ce soir : 11-24 sur ce seul quart-temps ! blink Ces 11 points seulement sont leur plus faible total de toute la saison dans n'importe quel quart-temps (soit 82 matchs * 4 = 328 quarts-temps !!). Du coup, le dernier quart-temps est presque inutile, ou plutôt est l'occasion de sortir les remplaçants.

    Game 4 : un match plutôt équilibré pendant 3 quarts-temps (+0, +4, +1) mais ce sont les Clippers qui étaient légèrement devant. Et puis ils ont définitivement fait le trou en début de quatrième, passant à +9 puis +11 à un moment. Ils reviennent donc dans la série après avoir subi la plus grosse défaite de leur histoire en playoffs lors du Match 3. Notons que Tony Parker (qui s'est encore fait une blessure à l'œil lors d'un choc avec Chris Paul) a été légèrement meilleur (18 points, mais une seule passe décisive) ce soir que sur l'ensemble des trois premiers matchs (17 points en tout jusque là…).

    Game 5 : très mauvais début pour San Antonio dans ce Match 5 déjà peut-être décisif à Los Angeles. Menés de 14 points ( unsure !), ils vont néanmoins (heureusement pour l'intérêt de la rencontre) terminer le premier quart-temps sur un run de 9-0, puis continuer sur le début du deuxième, ce qui va leur permettre de mener de 4 points. Finalement, 53-54 à la mi-temps. Notons que c'est surtout le banc des Spurs (les remplaçants) qui a brillé (comme souvent), alors qu'en face c'est Blake Griffin qui porte les Clippers (déjà 21 points à la mi-temps, c'est deux fois plus que n'importe quel autre joueur des deux équipes…). Le troisième quart-temps est assez défensif (beaucoup de ratés des deux côtés, puis une belle période de chaque équipe : d'abord San Antonio, qui va compter jusqu'à 5 points d'avance, puis Los Angeles qui revient et égalise "au buzzer". 82-82 à l'entrée du dernier quart-temps, le suspense est présent smile. Le lead oscille entre les deux équipes (jusqu'à +3/+4 d'un côté ou de l'autre), mais un "3 points" du français Boris Diaw donne la plus grande avance du match aux Spurs (+7) à 3'40" de la fin (les 11 shoots à trois points réussis par San Antonio jusque là, sur 22 tentés, les a bien aidés…). Le match n'est cependant pas fini, seulement 2 points d'avance pour San Antonio à 1'31", il semble clair que ça va se jouer à un seul panier. Et effectivement : 7 secondes à jouer, le shoot de la victoire est pour les Clippers, mais ils se font pénaliser blink !! 4 secondes, un lancer-franc raté par San Antonio MAIS récupéré, et une victoire sur le fil des Spurs qui leur permet d'espérer encore. Prochain match jeudi soir à San Antonio.

    Game 6 : décidément, San Antonio a du mal à débuter les matchs ! neutral Cette fois, ils ont commis 8 turnovers sur le seul premier quart-temps. Heureusement, ils sont parvenus à revenir à égalité en fin de quart-temps, égalité conservée sur le deuxième : 51-51 à la mi-temps. Mais ils ont encore mal commencé le troisième (un run de 11-2 pour Los Angeles), et cette fois cet écart de 7 ou 9 points est resté tout au long de la seconde mi-temps. Et malgré 2 shoot à trois points de Marco Belinelli en fin de match (dont un à 14 secondes de la fin, qui réduisait l'écart à seulement 2 petits points… unsure), les Clippers gagnent une seconde fois consécutive sur le parquet des Spurs (on en est donc à 4 victoires à l'extérieur dans cette série un peu folle… tongue), ramenant la série à Los Angeles pour un "Game 7" décisif. Note : ce sera aussi le seul match 7 du premier tour, puisque Atlanta a fini par se débarrasser des Nets en 6.

    Game 7 : cette fois les Spurs ont bien commencé, prenant même une belle avance au début du match. Mais les Clippers sont revenus dans le deuxième quart-temps pour prendre 2 points de plus à la mi-temps (55-57). L'écart est resté très faible tout au long de la seconde mi-temps, d'un côté ou de l'autre (il y a eu au total 31 changements de leader dans ce match… roll), et le suspense était total. Il est vite devenu clair que ce match, et donc la série, allait se décider sur un ou deux paniers en fin de rencontre. Et effectivement, on arrive à égalité avec 8.8 secondes restantes. C'est Chris Paul qui prend la responsabilité du dernier shoot pour les Clippers. Défendu par Danny Green puis par Tim Duncan, il parvient à tirer à une main et envoie ainsi les Los Angeles Clippers en demi-finale de conférence (pour seulement la 4ème fois de leur histoire). Les fans de Tony Parker peuvent se consoler en voyant que celui-ci a enfin réalisé un match correct (20 points, 5 passes décisives) et qu'il va désormais pouvoir se reposer afin d'être à 100% en septembre avec l'équipe de France.

Conf. Semifinals

On note un certain renouvellement cette année puisque 2 équipes seulement (sur 8) étaient là la saison passée : Washington et Los Angeles. Et ces deux équipes ayant été toutes deux éliminées à ce stade l'année dernière, on sait dès à présent que les deux finales de Conférence ne comporteront que des "nouvelles" équipes (par rapport à la précédente saison).
La série qui semble a priori la plus intéressante à suivre sera "Cleveland-Chicago" (avec le français Joakim Noah), même si Cleveland est très largement favori (non seulement pour ce tour, mais également pour aller jusqu'aux NBA Finals, pour y rencontrer par exemple Golden State, qui semble la meilleure équipe restante à l'Ouest).
  • Update 10/05 : après deux matchs, toutes les séries sont à 1-1, ce qui signifie qu'il y a eu une victoire à l'extérieur, et que donc toutes les équipes qui avaient l'avantage du terrain l'ont perdu. Et comme TOUS les "Game 3" ont été gagnés à domicile, toutes les séries se retrouvent à 1-2 (et donc dans le sens inverse qu'attendu… wink2).
  • Update 16/05 : encore un final époustouflant lors du match 6 de Atlanta-Washington ! Il reste 6.4 secondes, balle aux Wizards avec 3 points de retard sur les Hawks. C'est évidemment Paul Pierce qui prend le shoot, entouré de deux défenseurs d'Atlanta. Après avoir donné la victoire sur un tir au buzzer dans le match 3, puis ramené son équipe dans le match 5, il tire du coin à la dernière seconde et égalise au buzzer oui !! Prolongation, la salle explose… Oui, mais… À la révision vidéo, qui dure un long moment, il apparait que le ballon quitte ses mains une fraction de seconde trop tard non !! Ça se joue peut-être au centième, c'est pas évident à juger puisque les chrono sont au dixième de seconde (et là on est clairement entre 0.0 et 0.1). Du coup, les Atlanta Hawks se qualifient pour la toute première fois en finale de Conférence (depuis le format actuel, qui date de 1970). On verra dimanche si les Clippers en font de même (c'est la deuxième plus longue série avec 37 ans je crois, la première maintenant).
Résumé du deuxième tour (18 mai) :

Les demi-finales de Conférence ont été plus serrées que les séries du premier tour. D'une part sur le nombre de matchs (moyenne de 6.25 matchs par série, contre 5.125 au premier tour) : 3 séries en 6 et un 7ème match. Mais également au niveau des matchs eux-mêmes oui !
De nombreux matchs se sont joués "au buzzer", c'est à dire sur un dernier panier décisif à la dernière seconde (voire même centième… wink2), en particulier dans la Conférence Est (sur 12 matchs, 7 se sont terminés avec un écart de 5 points ou moinstongue). Et à l'Ouest, même si les scores finaux semblent plus larges (un seul match à 7 points d'écart, écart minimal sur 13 matchs), on a vu des "comebacks" improbables, dont LA performance du deuxième tour : menés de 19 points au "Game 6", les Houston Rockets ont fini par remporter le match de 12 points… (et à l'extérieur, je vous prie) blink Les statistiques ESPN (diffuseur de ce match) annonçaient un pourcentage de victoire de… 0.1% (! siffle) à 8 minutes de la fin… Notons également que c'est seulement la 9ème fois qu'une équipe réussit à remonter un score de 1-3 dans une série en playoffs (tous rounds confondus). Et Houston est la deuxième équipe (après Boston, 1968 & 1981) à le faire 2 fois (l'autre en 1995).
Conférence EstConférence Ouest
(1) Atlanta Hawks
4Game 1 : Wsh 104, Atl 98
Game 2 : Wsh 90, Atl 106
Game 3 : Atl 101, Wsh 103
Game 4 : Atl 106, Wsh 101
Game 5 : Wsh 81, Atl 82
Game 6 : Atl 94, Wsh 91

Fiche…
(5) Washington Wizards
2
(1) Golden State Warriors
4Game 1 : Mem 86, Gs 101
Game 2 : Mem 97, Gs 90
Game 3 : Gs 89, Mem 99
Game 4 : Gs 101, Mem 84
Game 5 : Mem 78, Gs 98
Game 6 : Gs 108, Mem 95

Fiche…
(5) Memphis Grizzlies
2
(2) Cleveland Cavaliers
4Game 1 : Chi 99, Cle 92
Game 2 : Chi 91, Cle 106
Game 3 : Cle 96, Chi 99
Game 4 : Cle 86, Chi 84
Game 5 : Chi 101, Cle 106
Game 6 : Cle 94, Chi 73

RésuméFiche…
(3) Chicago Bulls
2
(2) Houston Rockets
4Game 1 : Lac 117, Hou 101
Game 2 : Lac 109, Hou 115
Game 3 : Hou 99, Lac 124
Game 4 : Hou 95, Lac 128
Game 5 : Lac 103, Hou 124
Game 6 : Hou 119, Lac 107
Game 7 : Lac 100, Hou 113
Fiche…
(3) Los Angeles Clippers
3
  • => Cleveland Cavaliers - Chicago Bulls

    Game 1 : une bonne surprisefier Les Bulls ont totalement dominé la première mi-temps (à l'extérieur !), terminant le premier quart-temps avec 12 points d'avance tongue !! En recherche d'efficacité en attaque, les Cavs (qui étaient "à l'arrêt" depuis une semaine entière) ont néanmoins réduit l'écart à 5 points à la mi-temps (première fois depuis 2009 que Cleveland est mené à la mi-temps en playoffs), puis égalisé à 51-all au début du troisième. Mais Chicago va alors enregistrer un run de 15-0 blink !!! Cleveland va cependant revenir un peu, coupant l'écart maximum de 16 points (!) à seulement 4 en fin de match, mais c'est "trop tard, trop peu". Cette victoire de Chicago confirme ce que j'annonçais dans l'introduction de ce deuxième tour : ça va être une bonne série… smile

    Game 2 : Cleveland se devait de réagir dans ce deuxième match à domicile, mais on pouvait pas imaginer que ce serait aussi "violent" ! wink2 Avec 20 points d'avance dès le premier quart-temps, le match était déjà presque plié… Et effectivement, les trois autres périodes ont été à peu près à égalité, et le match peu intéressant.

    Game 3 : après un bon début des Cavaliers, les Bulls (qui étaient finalement privés ce soir de Pau Gasol, l'un de leurs meilleurs joueurs, qui s'est blessé lors du match précédent) sont lentement revenus (-6 au premier, -2 à la mi-temps, et +1 à la fin du troisième). Et c'est parti pour le suspense, avec une seule possession d'écart (d'un côté ou de l'autre) sur tout le dernier quart-temps… roll Et on arrive aux dernières secondes. Un petit point d'avance pour Cleveland avec 41 secondes à jouer. Butler inverse l'écart (+1 Chicago). Lebron James rate ensuite un shoot, il est obligé de faire faute, ce qui donne deux lancers-francs à Chicago, qui passe ainsi à +3. Mais J.R Smith égalise avec un beau tir à 3 points unsure ! Il reste alors 10.8 secondes (en fait, environ 3 secondes après une action un peu confuse), balle aux Bulls. Et c'est alors que Derrick Rose tente un tir de près de 8 mètres (bien plus loin que la ligne des 3 points), qui semble trop long, mais qui rebondit contre la vitre et RENTRE au buzzer !!! blink tongue
    Un panier incroyable, assurément le plus beau de tous les playoffs jusqu'à maintenantoui À noter que c'est la première fois que les Bulls gagnent en playoffs sur un shoot décisif dans les 10 dernières secondes d'un match depuis le fameux (et légendaire) tir de Michael Jordan dans les NBA Finals 1998…

    Game 4 : le match est resté équilibré jusqu'à la mi-temps (49-45), puis les Bulls ont remporté le troisième quart-temps 23-12, ce qui leur donne ainsi 7 points d'avance. Il faut dire que les Cavs sont resté près de 7 minutes sans marquer un seul point, et qu'en plus Lebron James s'est blessé à la cheville en fin de période (il jouera néanmoins le quatrième malgré la blessure). Cleveland va alors revenir petit à petit dans le dernier quart-temps, ce qui fait que finalement on se retrouve dans un match serré à la fin comme dans le "Game 3". Lebron James (toujours sur une jambe et demi… wink2) a été plutôt mauvais dans ce match (selon sa moyenne habituelle évidemment, il reste l'un des meilleurs joueurs de l'histoire en playoffs) : seulement 10 sur 30 ( unsure !) au tir, et déjà 8 turnovers concédés. Et alors que les Cavaliers mènent pourtant de 2 points à 14 secondes de la fin, il commet une faute offensive qui permet à Chicago d'égaliser (84-84). Il reste alors 9.4 secondes, le coach de Cleveland veut appeler un temps-mort, mais son assistant le retient par le bras fier ! Il est vrai que les Cavs ont gaspillé 3 temps-mort consécutifs juste avant la faute de James (tout ça pour ça… hmm), et qu'ils n'en n'ont plus. Mais la chance est avec eux, car ce sont les arbitres qui arrêtent le chrono (apparemment pour revoir la dernière action à la vidéo) ! Le coach en profite et se précipite pour dessiner une action de jeu sur son petit carton, mais Lebron James fait de grands gestes, visiblement pas content du choix de son coach rigole !! Dans l'interview d'après-match, il expliquera en gros que le coach voulait jouer la sécurité en gardant le ballon jusqu'à la prolongation qui se profilait, mais qu'il lui a dit « Donnez-moi juste la balle ! Soit on va en prolongation, soit je gagne ce match pour nous… ». Et effectivement, un joli tir au buzzer permet à Cleveland de reprendre l'avantage du terrain dans cette série. C'est son troisième tir décisif en playoffs (autant que Michael Jordan en carrière), et c'est aussi le troisième match consécutif dans la Conférence Est qui se termine au buzzer : le match 3 de cette série (cf. Derrick Rose ci-dessus), le match 3 de Atlanta-Washington (Paul Pierce), et donc celui-ci de Lebron James.

    Game 5 : après un premier quart-temps équilibré, Lebron James, visiblement totalement remis de sa cheville douloureuse, marque à lui seul les 12 premiers points de Cleveland du deuxième, et les Cavs concluent la mi-temps avec une avance confortable de 10 points (et encore +9 à la fin du troisième). Cet écart va même s'accroitre au début du quatrième, ce qui fait que Cleveland va compter jusqu'à 17 points d'avance à un moment roll ! Mais alors qu'on commence à se désintéresser de ce match, les Bulls vont entamer un comeback assez incompréhensible… D'un coup (ou presque wink2), ils se retrouvent à -5 avec 2 minutes à jouer, et même à seulement 2 petits points grâce à un shoot à trois points marqué par Butler alors qu'il reste 1'18". Le match peut donc à nouveau se terminer sur un panier décisif, mais c'est finalement une action défensive qui va sceller la rencontre. Alors que les Bulls ont l'occasion d'égaliser à 48 secondes de la fin, Lebron James saute plus haut et "bash" la balle, et ce block tue les espoirs de Chicago (les dernières secondes étant principalement des lancers-francs pour Cleveland).

    Game 6 : de retour à Chicago, les Bulls peuvent enfin de nouveau compter sur Pau Gasol, qui a manqué les deux précédents matchs sur blessure. Mais ça ne suffira pas tant la domination des Cavaliers est grande… En fait, ce match ressemble beaucoup au précédent : premier quart équilibré (+2), deuxième largement pour Cleveland (+14 à la mi-temps), et troisième quart légèrement à l'avantage de Chicago (-13). La différence, c'est qu'il n'y aura pas cette fois de relâchement des Cavs, et très vite les Bulls sont obligés de tenter des tirs à 3 points un peu désespérés tellement l'écart est grand. Pas de comeback miraculeux donc, et un écart final (+21) qui ne représente évidemment pas l'ensemble de cette série qui nous a donné des matchs serrés (à part le match 2 et celui-ci).

Conf. Finals

C'est peu dire que le renouvellement est TOTAL cette année… rigole
En effet, on ne compare plus seulement avec la saison dernière ou celle d'avant, mais de nombreuses années en arrière ! siffle
Voici les chiffres, en l'occurence la dernière fois que ces 4 équipes ont atteint les finales de Conférence. Ce genre de record de "non-présence" est évidemment destiné à être battu à un moment ou à un autre, MAIS cette année l'ensemble des équipes qualifiées à ce stade (finales de Conférence) a réalisé une performance longuement attendue par les fans… :
  • Atlanta : JAMAIS (soit 44 ans, depuis que l'organisation actuelle existe, saison 1970-1971).
  • Golden State : 1975 (soit 40 ans, toujours selon "l'après 1970").
  • Houston : 1997 (soit 18 ans, c'était le début de la période "post-Olajuwon").
  • Cleveland : 2008 (soit 7 ans, c'était AVANT le départ de Lebron James, maintenant revenu).
Ce sont donc des finales inédites, qui opposent les deux meilleures équipes de la saison régulière dans chacune des conférences. Le pronostic "logique" serait de voir Golden State-Cleveland en Finals, c'était d'ailleurs mon pronostic avant même le début du premier tour… wink

Update COMMUN (NBA + NHL), 25/05 : alors que les finales de Conf en NBA sont en train de tourner court (en particulier à l'Ouest : après cette fin de match RATÉE par Houston lors du match 2, ils ont eu l'air de complètement baisser les bras lors du match 3… sad), les finales de Conf en NHL sont serrées (2-2 partout, on repart donc sur une série à 2 matchs gagnants, avec le même avantage de la glace qu'au début). SURTOUT à l'Ouest, où on a déjà eu : une triple-prolongation (que j'ai vu tongue) ET une double (que je n'ai pas vu sad), cette dernière après un 3ème tiers comportant à lui seul… 6 buts !! blink fier (ce n'est qu'en consultant la "fiche" du match que je me suis rendu compte de cette extraordinaire stat).

Résumé des finales de Conférence (28 mai) :

Peu de choses à dire, sinon que ce troisième tour a été globalement horrible à regarder… hmm Bien sûr, il y a eu de belles actions de jeu, mais ni les séries ni les matchs eux-mêmes n'ont apporté le suspense nécessaire. En fait, il n'y a eu qu'un seul match dans chaque série où on a pu vibrer un peu en fin de match.
À l'Est, ce fut le match 3, qui est allé en prolongation, celle-ci se terminant à un panier d'écart (néanmoins, après les deux victoires de Cleveland sur le parquet des Hawks pour ouvrir cette série, on ne donnait déjà pas cher d'Atlanta…).
À l'Ouest, ce fut le match 2, où Houston avait peut-être l'occasion de l'emporter mais ont laissé passer l'occasion bêtement (en ne prenant pas leur dernier temps-mort à 7 secondes de la fin).
Pour le reste, on a surtout vu des "blowout", des matchs dont l'issue était certaine dès le troisième quart-temps… neutral
Conférence EstConférence Ouest
(1) Atlanta Hawks
0Game 1 : Cle 97, Atl 89
Game 2 : Cle 94, Atl 82
Game 3 : Atl 111, Cle 114
Game 4 : Atl 88, Cle 118



Fiche…
(2) Cleveland Cavaliers
4
(1) Golden State Warriors
4Game 1 : Hou 106, Gs 110
Game 2 : Hou 98, Gs 99
Game 3 : Gs 115, Hou 80
Game 4 : Gs 115, Hou 128
Game 5 : Hou 90, Gs 104


Fiche…
(2) Houston Rockets
1

Finals

Bon, nous y sommes, c'est LA finale attendue : Cleveland Cavaliers vs. Golden State Warriors.

D'un côté la meilleure équipe de la Ligue cette saison (Golden State), avec en son sein le MVP de la saison régulière 2014-2015 (Stephen Curry). De l'autre côté, le meilleur joueur de la Ligue depuis plusieurs saisons (Lebron James, qui se retrouve en "NBA Finals" pour la 5ème année consécutive blink, et qui est revenu à Cleveland pour faire gagner un titre à son équipe d'origine).

Évidemment, le sort de cette finale sera lié aux performances individuelles de ces deux joueurs d'exception, mais n'oublions pas qu'il s'agit avant tout d'un sport d'équipe… siffle
Note : Golden State a l'avantage du parquet grâce à ses performances en saison régulière ; depuis l'année dernière, la NBA a abndonné le format particulier "2-3-2" des Finals, qui se dérouleront donc suivant le format classique en "2-2-1-1-1".
NBA Finals 2014-2015
Golden State Warriors
67 - 154
Top performers Game 6
Stephen Curry : 25 Points, 6 Reb
8 Ast, 3 Stl, 0 Blk
LeBron James : 32 Points, 18 Reb
9 Ast, 2 Stl, 0 Blk
Game 1 : Cle 100, Gs 108
Game 2 : Cle 95, Gs 93
Game 3 : Gs 91, Cle 96
Game 4 : Gs 103, Cle 82
Game 5 : Cle 91, Gs 104
Game 6 : Gs 105, Cle 97

RésuméFiche…
Cleveland Cavaliers
53 - 292

Conclusion


Ces Finals 2014-2015 ont été palpitantes, réalisant d'ailleurs le meilleur "rating" télévisuel depuis 1998 smile.
Très serrées aussi, puisqu'on a débuté par deux matchs en prolongation et que la plupart des autres matchs sont restés indécis jusqu'à la fin (un peu moins sur la fin des matchs 4 et 6).

Golden State : Stephen Curry / Andre Iguodala MVP
AP Photo / Paul Sancya
Pour les Golden State Warriors, c'est le premier titre depuis 40 ans (1975), alors que Cleveland reste sur sa série de plus de 50 ans sans aucun titre dans aucun sport professionnel (1964 ; en fait leurs 3 équipes, en NBA, en NFL et en MLB, ont désormais un total combiné de 144 saisons sans titre… neutral).
Le retour de Lebron James dans sa région natale n'aura donc pas suffit, malgré des performances étonnantes dans ces matchs, mais il faut dire que les Cavaliers avaient perdus deux de leurs joueurs majeurs dans ces playoffs (Kevin Love et surtout Kyrie Irving étaient absents sur blessure).

Du côté des Warriors, ils pouvaient compter sur le MVP de la saison régulière, Stephen Curry, en particulier irrésistible sur ses tirs à 3-points (à part dans le match 2). Mais leur performance globale de cette saison (67 victoires en saison régulière et 83 victoires au total, soit le 3ème meilleur total de l'histoire) doit aussi beaucoup à leur coach Steve Kerr.
Après avoir gagné 5 titres en tant que joueur (3 dans les années 90s en tant que coéquipier de Michael Jordan chez les Bulls, puis 2 chez les San Antonio Spurs dans les années 2000s), c'était sa toute première année en tant que coach, et il a parfaitement su créer une bonne alchimie dans cette jeune équipe de Golden State. Et c'est en particulier lui qui, en fin de "Game 3", alors que les Warriors étaient menés de 20 points, a complétement changé son équipe, qui a alors effectué une belle remontée, avant de s'incliner finalement de peu. Du coup, ce "small lineup", déplaçant Green au centre et remplaçant un Bogut inefficace jusque là par un flamboyant Iguodala, a été reconduit dans les trois matchs suivants et ce coaching a fait une différence oui.
D'ailleurs, c'est tout un symbole que ce soit justement Andre Iguodala (auparavant "6ème homme" de l'équipe, et donc dans le 5 de départ depuis le match 4) qui ait été élu MVP de ces Finales (cf. photo, à droite, en compagnie de Curry à gauche, avec les deux trophées)…