Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  06-03-2014 22:22:48   Bilan JO Sochi 2014 : Ski Alpin

Même si le ski alpin ne représente finalement que 10% des épreuves (10 sur 98), il reste considéré comme le sport majeur aux Jeux d'Hiver, celui qui a généralement le plus de retombées médiatiques.

Organisation


La neige était présente et bien préparée, les caméras officielles nombreuses et bien installées, permetttant une excellente réalisation internationale. Bref, tout semblait parfait pour ce sport à Sochi wink2

Dominique Gisin et Tina Maze
Afp / Alexander Klein
Malheureusement, la quinzaine s'est terminée par une controverse concernant la toute dernière course organisée, la seconde manche du slalom masculin blink.
En effet, cette manche était tracée "en dépit du bon sens" selon de nombreux spécialistes, avec des virages presque impossibles à prendre, mêmes pour les meilleurs skieurs hmm. Le résultat est une véritable hécatombe, avec 34 abandons (dont plusieurs stars comme Ted Ligety, médaille d'or sur le slalom géant) pour seulement 43 classés. Et même pour ceux qui ne se sont pas fait piégés, ils ont livré un spectacle assez désolant, une course lente et hachée, indigne des JOs sad.

Bon, le tracé n'est pas vraiment de la faute de l'organisation russe, puisqu'il a été fait par le traceur de l'équipe croate, mais il est logique de parler de cela dans le paragraphe "organisation". Notons pour terminer, que malgré cette manche ratée au niveau tracé, le podium (et en particulier la victoire de Mario Matt, qui avait déjà remporté la première manche) ne souffre d'aucune contestation.

Les points forts

  • 6 athlètes (2 hommes, 4 femmes) ont obtenu deux médailles en ski alpin dans ces Jeux, dont l'une en or pour quatre d'entre eux. Mais la meilleure est incontestablement Tina Maze (cf. photo plus bas), la seule à décrocher 2 médailles d'or (en descente et en slalom géant). Il s'agit en outre des deux premiers titres aux Jeux d'Hiver pour son pays, la Slovénie.
  • L'autre point fort, c'est que la première de ces médailles d'or, celle de la descente féminine a été partagée rigole !! (cf. photo ci-dessus) : Dominique Gisin (SUI) et Tina Maze (SLO) ont en effet terminé dans le même centième de seconde (après 1'42" de course). C'est la toute première fois dans l'histoire du ski alpin aux Jeux olympiques que ce cas se produit, et cela a eu un grand retentissement, d'autant que c'était sur l'épreuve reine (la descente).
    Notons que cet exploit rare s'était déjà produit pour des médailles d'argent ou de bronze (la dernière fois à Nagano en 1998), mais jamais pour un titre olympique. D'ailleurs, cela s'est AUSSI produit une seconde fois cette année, pour la médaille de bronze du super-G masculin, partagée entre le canadien Jan Hudec et l'américain Bode Miller.

Médailles


L'Autriche remporte près du tiers des médailles (9 sur 30) dont 3 titres, et les Etats-Unis suivent avec 5 médailles.

Ski Alpin
RangPaysOrArgentBronzeTotal
1Autriche  Autriche3429
2Etats-Unis  Etats-Unis2125
3Suisse  Suisse2013
4Slovénie  Slovénie2002
5Allemagne  Allemagne1113
6Norvège  Norvège1023
7France  France0112
 Italie  Italie0112
9Croatie  Croatie0101
10Canada  Canada0011

Les français


   Moyens : bien sûr, on notera en particulier le double podium (médaille d'argent et médaille de bronze) obtenu sur le slalom géant masculin. Il est vrai que l'on avait beaucoup reproché à l'équipe de France l'absence de médaille en ski alpin lors des Jeux de Vancouver 2010. Ceci dit, ces deux médailles sauvent réellement le bilan, car les chiffres sont en fait assez comparables à ceux de Vancouver.

- Chez les hommes, on avait eu une 7ème place, une 9ème et 6 abandons il y a quatre ans. Cette année, c'est une 7ème, une 8ème, une 9ème et 4 abandons (plus les deux médailles, donc).
=> C'est donc mieux. smile
- C'est les femmes, on avait eu une 5ème place, une 7ème, une 9ème et 3 abandons. Cette année, c'est une 7ème, une 8ème et 4 abandons.
=> C'est donc moins bien. neutral
Néanmoins, la partie féminine de l'équipe en ski alpin est arrivée décimée à Sochi sad, la faute à de nombreuses blessures graves de dernière minute. La France était ainsi privée de son meilleur espoir de médaille chez les femmes : Tessa Worley. D'ailleurs, on avait 12 femmes engagées à Vancouver, et seulement 6 à Sochi… neutral

Retransmission FranceTV


   Excellente : de TRÈS LOIN le sport le mieux diffusé ET le mieux commenté sur FranceTv… tongue

Tina Maze
Getty Images
Du côté de la diffusion, ce sont les seules épreuves de tous les Jeux qui ont été TOUTES diffusées dès le début (c'est à dire avec le dossard n°1, généralement tôt le matin), et en intégralité (jusqu'au dossard 30, et sans aucune interruption publicitaire, même lors des secondes manches en soirée) smile. Note : évidemment, il y a parfois 60 ou 70 partants dans une course comme le slalom, mais seuls les 30 premiers ont des chances, et personne ne veut voir des skieurs terminer à plus de 20 secondes… Il est donc normal "d'attribuer officieusement" les médailles une fois passés les trente premiers.

Et côté commentaires, c'était tout bon aussi… fier !! Alexandre Boyon a largement gagné le prix du meilleur commentateur dans ces Jeux. Il prouve ainsi qu'un bon professionnel peut très bien changer de discipline avec succès (il s'occupe normalement de natation), pour peu qu'il bosse un peu. On a brièvement pu voir son environnement de travail pendant les épreuves, il était entouré d'écrans, avec les listes de départ, les temps intermédiaires, les fiches sur les athlètes, etc… On était bien loin des quelques feuilles de papier crayonnés par Nelson Monfort au patinage !! roll
Cela lui a permis de commenter l'ensemble des courses de ski alpin avec intelligence et sans aucune faute. Il était en plus secondé par deux consultants de qualité : Carole Montillet pour les courses féminines, et Luc Alphand pour les courses masculines. Ces derniers ont apporté les précisions techniques nécessaires, sans en faire de trop.

=> Bref, pari gagné sur ce sport, et pour trouver des critiques, il faut vraiment chercher la petite bête wink2
… Ce que nous allons faire, évidemment ! rigole
En fait, il y a 3 "détails" que l'on peut relever :
  • Le premier jour, Luc Alphand a été accusé de faire à l'antenne de la publicité gratuite pour son équipementier (ce qu'il avait fait à deux reprises). Il a vite été remis à l'ordre, et cela ne s'est plus produit pendant le reste de la quinzaine.
  • L'interviewer des skieurs et skieuses en bas des pistes était l'un des plus nuls que l'on puisse trouver : Jean-René Godart… Déjà fortement critiqué sur les Jeux d'Été en 2012, il a continué à poser des questions débiles aux champions, tout en écorchant régulièrement leurs noms. À noter, que sur ce ski alpin, et contrairement à ce qui se passait par exemple sur le ski acrobatique, l'interviewer s'est fait stopper à plusieurs reprises par le commentateur (Alexandre Boyon en l'occurence) afin que l'on ne loupe pas un concurrent (et c'est grâce à cela que la diffusion a été complète wink).
  • Enfin, il y avait toujours ce retour en plateau 30 secondes trop tôt, juste avant l'affichage officiel du classement à l'écran. C'est un point général sur TOUS les SPORTS, et le ski alpin n'a malheureusement pas échappé lui non plus à ce problème de la réalisation française.