Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  27-02-2014 04:37:01   Bilan JO Sochi 2014 : Ski Acrobatique

Ce sport rassemble des disciplines qui sont pourtant (au moins visiblement, pour les spectateurs) assez éloignées les unes des autres.

Alexandre Bilodeau
Reuters / Lucas Jackson
On a ainsi : les bosses, le slopestyle (nouveau cette année), le saut acrobatique, le ski half-pipe (également nouveau cette année) et le ski cross. Chaque discipline étant représentée en parité chez les hommes et les femmes, cela donne donc 10 épreuves au total.

Organisation, réalisation


En ce qui concerne les nouvelles disciplines, je suis déçu par le slopestyle (autant chez les hommes que chez les femmes). On nous annonçait du grand spectacle, mais j'ai trouvé cela assez moyen, avec surtout beaucoup de chutes neutral. En revanche, très content de l'arrivée du ski en half-pipe, qui est encore plus impressionnant wink2 que le snowboard sur ce même half-pipe.

Malheureusement, cette année le pipe lui-même et les conditions météo n'ont pas permis aux athlètes de s'exprimer au maximum de leur capacité. Cela a été le seul point noir dans ce sport sad. Les organisateurs ont été obligé de revoir les parois du pipe en toute dernière minute, et même avec cela, la qualité médiocre de la neige a inhibé beaucoup de compétiteurs (on a néanmoins vu une belle compétition pour les meilleurs, autant chez les femmes que chez les hommes).

Notons enfin que la réalisation a été exceptionnellement bonne smile sur l'ensemble des disciplines du ski acrobatique, avec beaucoup de caméras très mobiles, et de très bons et nombreux ralentis des différents sauts et figures.

Les points forts

  • Le triplé français en ski cross masculin (cf. photo de gauche ci-dessous), une performance inédite pour la France aux Jeux d'Hiver (et grosso-modo aux Jeux tout court, car s'il y a eu de nombreux triplés au Jeux d'Eté, c'était à une autre époque, le dernier étant en 1924… unsure).
  • Le doublé or-argent des deux sœurs Dufour-Lapointe (Justine et Chloé) en bosses dames. Et le parcours sans faute du canadien Alexandre Bilodeau en bosses hommes (cf. photo de droite ci-dessus), qui conserve son titre acquis à Vancouver.

Médailles


Chaque discipline semble avoir ses "spécialistes"

- ainsi, en bosses le Canada prend les deux médailles d'or ainsi que les deux d'argent, domination complète.
- par contre, en slopestyle ce sont les américains qui remportent 4 médailles sur 6, dont un triplé chez les hommes. Les deux médailles restantes sont pour le Canada.
- en saut, les podiums femmes et hommes comportent les mêmes trois nations, le Bélarus gagnant l'or à chaque fois, la Chine et l'Australie se partageant chacune 1 argent et 1 bronze.
- le ski half-pipe est remporté à chaque fois par les Etats-Unis, et la France prend une médaille à chaque fois (1 argent, 1 bronze).
- enfin le ski cross comporte donc le triplé français chez les hommes et un doublé canadien chez les femmes.
=> globalement, le Canada domine ce sport devant les Etats-Unis, et la France prend la 4ème place (battue par le Bélarus à cause de leurs deux médailles d'or).

Ski Acrobatique
RangPaysOrArgentBronzeTotal
1Canada  Canada4419
2Etats-Unis  Etats-Unis3227
3Bélarus  Bélarus2002
4France  France1225
5Australie  Australie0112
 Chine  Chine0112
7Japon  Japon0011
 Russie  Russie0011
 Suède  Suède0011

Les français


   EXCELLENTS : bon, le triplé du ski cross masculin y fait beaucoup wink2, mais il faut néanmoins souligner une nouvelle fois cette performance historique . Au final, la France obtient 5 médailles, soit un tiers du total général dans ce seul sport. C'est mieux qu'au biathlon (seulement 4 médailles) fier !

Triplé France Ski Cross
Panoramic
Mais ce n'est pas tout, car au-delà des médailles, et à la différence d'autres sports où la France ne fait que de la figuration dans les profondeurs du classement, plusieurs français ou françaises ont obtenu d'excellentes places d'honneur. La meilleure d'entre elle est à mettre au crédit de Ophélie David smile. À 37 ans, c'est l'une des doyennes de la délégation française et elle s'est pourtant qualifiée pour la grande finale à quatre de ski cross féminin. Cette 4ème place est donc déjà une très bonne performance.
En bosses hommes, Benjamin Cavet se place 8ème, et Jonas Devouassaux termine 10ème en ski cross masculin (éliminé en quart de finale par deux des trois français qui finiront sur le podium… hmm). En half-pipe masculin, nous avions 3 représentants (sur quatre engagés) qualifiés pour la finale à 12 (dont notre future médaille de bronze), et côté féminin, en plus de notre médaillée d'argent, Anais Caradeus était également qualifiée pour la finale, qu'elle n'a pas pu disputer à cause d'une blessure lors des qualifications. Enfin, soulignons la bonne 14ème place obtenue par la benjamine de l'équipe de France, Perrine Laffont, 15 ans, au ski de bosse dames.
Pour trouver une déception dans le clan français, il faut regarder du côté du slopestyle (3 hommes engagés, 0 qualifié ; pas de femme engagée) et du saut acrobatique (aucun représentant dans chacune des disciplines blink).

Retransmission FranceTV


   Moyenne : en fait, cela dépend des compétitions (et des horaires). Le ski cross est très bien diffusé, car cela se déroule le matin, et surtout, même si on ne voit pas toutes les qualifications ce n'est pas grave. Et à partir des huitièmes de finale (là où cela devient éliminatoire), les manches s'enchaînent sans discontinuer jusqu'à la finale, du coup FranceTv peut nous proposer l'ensemble de l'épreuve smile. Et comme les français ont bien marché, cela a arrangé les choses rigole !
En half-pipe, c'était déjà plus délicat, car disputé en soirée, mais on n'a pas eu les pbms rencontrés sur ce même pipe en snowboard (voir un futur bilan). Quelques runs ont été loupés. Les bosses ont subi quelques "trous" également, et ont eu le désavantage d'être situées en début de quinzaine, où il y avait beaucoup de choses à voir et le dispositif pas tout à fait rôdé.
En revanche, le slopestyle, et surtout le saut acrobatique où il n'y avait aucun français d'engagé, ont été mal diffusés. On a surtout vu des bouts des qualifications, donc des mauvais concurrents, et les finales sont plus ou moins passées à l'as… sad
Notons enfin que les commentaires, forcément très techniques pour les figures, étaient très bons (grâce au consultant Edgar Grospiron).