Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  02-11-2016 16:25:34   WSOP 2016 : la Finale

Ils étaient 6737 joueurs, amateurs ou professionnels, à participer cet été au "Main Event" des World Series Of Poker 2016.

--------------------
Rappel : ce que l'on appelle (à tort) le "Championnat du Monde de Poker" est en fait un évènement annuel qui comporte pas moins de 68 tournois différents ! (et il y a donc 68 "champions" de désignés…). Les différences entre les tournois sont : différentes "variantes" de poker (il y en a une dizaine), différents "buy-in" (prix d'entrée ; ça va de $1000 à $50000, et cela influe évidemment sur le nombre de participants), voire certains tournois "spécifiques" (par exemple réservés aux femmes), etc…
Certains tournois ne comportent que quelques dizaines de joueurs, alors que d'autres ont plusieurs millers d'inscrits. Mais TOUS procurent au gagnant le fameux "bracelet WSOP", ce qui permet à certains de s'enorgueillir d'un titre de "champion du monde" alors qu'ils n'ont gagné qu'un petit tournoi mineur. wink

L'un de ces tournois (le dernier) est le "Main Event" (tournoi principal), et est celui qui est le plus réputé, le plus diffusé, et surtout le plus intéressant financièrement puisque le gagnant remporte 8 millions de dollars !! yikes (en 2016).

Qui Nguyen / Cliff Josephy
WSOP.com
Sur ces 6737 joueurs, 1011 ont été PAYÉS, c'est à dire qu'ils ont remporté au minimum $15000, pour un buy-in (prix d'entrée) à $10000 (note: le joueur qui a fini 1012ème, appelé "buble guy", a donc perdu de justesse sa mise de départ roll).
Les gains sont ensuite progressifs, en fonction des places : il faut être dans les 100 premiers pour atteindre $50000, puis dans les 63 pour passer les $100000. Et ça continue : les $200000 sont passés par le 36ème, les $300000 par le 18ème.
Et finalement, les 10 et 11èmes remportent $650K chacun, alors que chaque participant de la "table finale" (les neuf premiers) sont assurés d'au moins 1 million de dollars (avec une victoire à $8M).

Dernière note : alors que les 67 autres tournois se sont déroulés ET terminés en juillet, le "Main Event" s'ARRÊTE lorsque la "table finale" est connue, c'est à dire qu'il ne reste que 9 joueurs (sur 6737, après 7 jours de compétition). Il y a alors une "pause" de 3 mois, et ils reviennent pour la Finale ce 30 octobre…
--------------------
Pas de français à la table finale cette année (c'était arrivé il y a deux ans), mais la France a plutôt été bien représentée cet été :

- 18 françai(se)s ont été payés (donc dans les 1011).
- 11 françai(se)s dans les 500 premiers.
- 3 françai(se)s dans les 102 premiers.
- Gaelle Baumann remporte pour la seconde fois le titre honorifique de "meilleure femme au Main Event", avec sa 102ème position (gain de $49108).
- le meilleur français se classe 25ème, Antoine Saout remporte $269430.

À l'entrée de cette table finale, le leader est Cliff Josephy, devant Qui Nguyen (cf. photo ci-dessus). Il y a un TROU ensuite (de près de 20%) pour les 7 suivants. Comme Josephy est AUSSI le plus expérimenté de toute la table, il est logiquement GRAND FAVORI.
Mais tout peut arriver, surtout entre des joueurs d'horizons divers (online ou live, amateurs ou professionnels). Rappel : ce ne SONT PAS LES MEILLEURS joueurs du monde qui sont ici… Juste ceux qui ont réussi à dominer un (gros) tournoi cet été…
Cette table finale doit se dérouler entre 1 et 3 jours (selon les éliminations successives).
--------------------
Kenny Hallaert
WSOP.com
Day 1 :

Sans surprise, le plus petit tapis de la table finale (Fernando Pons) a été éliminé assez tôt (après 16 mains). En revanche, il a fallu attendre LONGTEMPS roll avant de voir d'autres éliminations : Jerry Wong à la 60ème main, puis Griffin Benger 8 mains plus tard.

Normalement, le premier jour aurait pu s'arrêter là, avec 6 joueurs restants.
Mais vu que les jetons étaient assez bien répartis entre les joueurs (et que la partie semblait assez lente, même si les joueurs ne prennent pas beaucoup de temps pour réagir), les organisateurs ont préféré continuer : en effet, le tournoi peut se terminer plus tôt (dès le premier jour, ou le deuxième), MAIS PAS plus tard que le troisième jour (mardi soir).
Comme on ne sait pas ce qu'il peut se passer, il vaut mieux jouer encore un peu sur ce rythme lent… fier
(note: les blinds ne sont augmentées QUE toutes les 2 heures de jeu, c'est une des caractéristiques de ce "Main Event", ce que l'on appelle une "structure lente").

De fait, il a fallu attendre la 97ème main pour voir le belge Kenny Hallaert engager l'intégralité de ses $35M de jetons ("all-in") sur un               (cf. photo ci-dessus : les jetons jaunes sont les "$1M", on voit qu'il ne lui en reste pas beaucoup, donc BONNE DÉCISION, il fallait se lancer avec cette main… wink2). Malheureusement, il tombe sur le               de Nguyen, qui remporte du coup le PLUS GROS POT de la journée, et devient ainsi largement "chip leader".

Cette élimination (6ème place, gain de $1.4M) met fin à la première journée. Les 5 joueurs restants sont assurés d'un gain minimum de $1.9M.
  • Qui Nguyen est LARGEMENT en tête : le double des chips de ses adversaires (120M vs 60M).
  • MAIS les trois suivants sont ÉGAUX (à environ 60M de chips). Donc s'ils s'éliminent entre eux, cela peut donner un vrai match avec le leader.
  • Le "short stack" (le dernier au classement) a néanmoins suffisamment de jetons pour "agir". Michael Ruane va devoir être actif dès le début, alors que Nguyen va aussi vouloir imposer à la table son statut de chip leader. Ça peut se finir vite… smile
Day 2 :

On attendait une élimination assez rapide de Ruane, mais dès la septième main de ce Day 2 (main #104), un énorme pot est remporté par Gordon Vayo (grâce à un brelan de 8 contre AK), ce qui amène l'élimination de Vojtech Rusicka la main suivante. Le Tchèque prend donc la cinquième place du tournoi pour un gain d'un peu plus de $1.9M.
Du coup, Vayo devient un sérieux concurrent de Nguyen, qui quant à lui a perdu un peu de son avance dès le début de ce deuxième jour. Les deux joueurs sont au coude-à-coude et Vayo va même prendre le chip-lead pendant quelques mains. Mais à partir d'environ la main #120, Qui Nguyen ne va plus arrêter de monter jusqu'à la fin de la journée.
Michael Ruane est finalement éliminé à la main #155, cette quatrième place lui valant un chèque de $2.6M. Les trois joueurs restants continuent jusqu'à la main #166, on n'aura donc joué que 69 mains dans cette deuxième journée. Qui Nguyen est à nouveau largement en tête, possédant plus du double de jetons que son poursuivant direct, Gordon Vayo (197M contre 89M). Quant à Cliff Josephy, ses 50M en chips paraissent évidemment peu, mais lui permettent de se maintenir encore un certain temps puisque les blinds sont encore à un niveau faible (600k/1.2M).

Day 3 (et dernier) :

Cliff Josephy
WSOP.com
Cette dernière journée commence très fort ! fier Dès la toute première main (#167), Cliff Josephy (qui rappelons-le est le "short-stack" de la table) va logiquement "all-in" avec son               et il est assez inexplicablement unsure callé par Nguyen qui n'a que              . Le flop                      ne laisse déjà quasiment aucune chance à Nguyen, et une troisième dame apparaît même à la river (et donc full pour Josephy). Du coup, l'écart entre les trois joueurs est déjà considérablement réduit dès le début de la journée : Nguyen 147M, Josephy 101M, Vayo 88M.

Et l'action va se poursuivre 4 mains plus tard (#171)… Une main incroyable, qui peut sembler étrange lorsqu'on ne voit pas les cartes initiales de chacun des joueurs. Rappel :
- sur le site internet du tournoi, les actions sont décrites en temps réel (avec environ une seule main de retard), mais EXACTEMENT dans les conditions réelles, c'est à dire telles que les voient les joueurs et/ou les spectateurs présents dans la salle. Ce qui veut dire que si un joueur ne montre pas ses cartes, et bien on ne les connaît pas wink2 ! Une grande partie des mains se résument donc à une succession de paris, jusqu'à ce que tous les autres joueurs soient couchés. Et même quand une main va au bout (flop, turn et river), on ne voit souvent que la main du vainqueur. Il n'y a que dans le cas d'un "all-in" où tout est montré.
- en revanche, sur la retransmission télévisée (ESPN) les joueurs sont obligés de montrer leurs cartes à une petite caméra située dans la table de jeu. Du coup, on peut savoir pourquoi un joueur parie, relance ou se couche. Cette retransmission est décalée de 30 minutes. Il s'agit d'empêcher les joueurs d'avoir, pendant les petites pauses, des informations trop récentes sur les "bluffs" des autres joueurs (car les coachs, eux, regardent la télé, et peuvent dire à leur poulain s'il a bien fait ou non de se coucher sur telle ou telle main !). Pour ma part, et au vu de la vitesse de jeu, je pense que ce décalage devrait être encore plus important (au moins une heure).

Gordon Vayo
WSOP.com
Bref : sur cette main #171, on a déjà eu trois "bets" avant le flop, les trois joueurs sont engagés (ce qui est rare) et le pot est déjà de quelques millions de chips. Le flop est                     , Nguyen rajoute 10M et les deux autres call. Le pot est désormais à 53M et le turn est un       . Josephy parie alors 21M supplémentaires, et Vayo prend deux minutes de réflexion avant de dire "all-in" pour 75M. Nguyen se couche (il avait AJ dépareillés), mais Josephy call ! Les deux joueurs révèlent alors leur main :               pour Josephy et               pour Vayo. Les deux ont trouvé leur brelan au flop, ce qui explique que l'on en soit arrivé à ce pot monstrueux de 204M !!

La rivière (un 6) ne change rien (la seule chance pour Josephy était de trouver le dernier 2 restant…), et Gordon Vayo remporte le plus gros pot de la finale jusqu'ici, devenant ainsi largement chip-leader. Quant à Cliff Josephy, il n'a plus que 10M en jetons, et malgré une bonne résistance (cf. photo de droite ci-dessus) il finit par s'incliner à la main #182. Le vétéran de la table finale (50 ans) prend donc la troisième place, pour un gain de $3.4M.
C'est donc parti pour le "heads-up" (deux joueurs) final : l'argent et le bracelet sont installés sur la table (note: ce sont sûrement des faux billets, mais c'est pour le folklore ! rigole).

Au départ de ce face-à-face, Gordon Vayo mène avec 200M, tandis que Qui Nguyen possède 136M.
Dans un tête-à-tête, chacun des joueurs perd des jetons à chaque main (puisqu'il est soit de small-blind soit de big-blind), il y a donc beaucoup plus de flops (car on se couche peu avant le flop), et la valeur des mains est modifiée : un 8-10 devient une bonne main, un As même accompagné d'une petite carte devient très fort…
Il y a aussi beaucoup plus de "bluffs" : comme on est obligé de jouer des "petites" mains, il FAUT parfois savoir gagner avec RIEN…
Enfin, chaque "rencontre" (une main où les deux joueurs se sentent forts, comme pour la main #171 ci-dessous) peut devenir LA DERNIÈRE MAIN du tournoi, donc tout peut arriver…

Comme on va rapidement le voir, les deux joueurs ont des styles de jeu radicalement opposés :
  • Qui Nguyen
    WSOP.com
    Qui Nguyen (39 ans) est un joueur AGGRESSIF, un peu fantasque (cf. photo ci-contre), n'hésitant pas à parier et/ou relancer sur des mains improbables, et prenant parfois du coup des risques inconsidérés (comme sur la première main de cette dernière journée).
  • Gordon Vayo (27 ans) est plus posé, plus réfléchi (cf. photo de gauche ci-dessus), et principalement DÉFENSIF, qui attend les fautes de son adversaire.
Or, si la tactique de Vayo semble bonne avec plusieurs joueurs à la table, celle de Nguyen est reconnue comme meilleure en "heads-up". C'est aussi l'avis des spécialistes qui commentent sur ESPN : le consultant principal est Antonio Esfandiari, et pendant les pauses on a le droit à deux autres légendes du poker moderne, Phil Hellmuth et Daniel Negreanu.
De fait, il ne faut que 9 mains dans ce tête-à-tête pour que Nguyen refasse son retard et redevienne chip-leader (184M contre 152M). Il n'y a eu qu'un seul pot un peu important remporté par Nguyen, mais il a gagné 7 de ces 9 mains. Les deux vont rester assez proches pendant quelques mains, Vayo repassant même en tête, jusqu'à cette première main décisive : la #209… wink

Sur le flop                     , les deux joueurs ont rajouté 10M au pot. Le turn est un        et Nguyen bet plus de 27M (c'est à dire en doublant le pot, qui était alors d'à peu près ce montant). Après une minute de réflexion, Vayo call. Le pot est monté à 83M. La river est        et Nguyen fait "all-in" en quelques secondes. C'est alors que commence LA plus longue réflexion de cette finale… Il est vrai que la décision est difficile pour Gordon Vayo :
  • il a              , soit deux paires dès le flop (et à ce niveau, il n'est battu que par A-10 ou un éventuel brelan).
  • mais le roi au turn a diminué sa main, et SURTOUT, la doublante à la river a en quelque sorte "supprimé" sa seconde paire : la paire de rois est désormais com:|mune. Ce qui augmente également les risques de brelan de rois (car Nguyen a bien parié avec quelque chose, n'est-ce pas ?).
  • enfin, il a déjà engagé dans ce coup un tiers de son stack (plus de 40M) donc un fold serait coûteux. Mais en même temps, un call met son tournoi en jeu (s'il perd, c'est fini).
Gordon Vayo
WSOP.com
Il est donc normal qu'il réfléchisse longuement… TRÈS longuement… 6m47s !! tongue (note: la plupart des décisions dans cette partie sont prises en environ 30 secondes, le record jusque là, sur l'ensemble des trois jours devait être de l'ordre de 1m30-2m). Et il finit par abandonner !
Un BON FOLD (ce qu'il ne sait pas à l'époque, mais que nous savons sur ESPN : en effet, Nguyen avec               a trouvé une couleur sur la rivière…).

Même si Vayo s'en sort bien (puisqu'il aurait pu être éliminé), il perd donc un tiers de ses jetons et Nguyen est désormais largement en tête : 230M contre 107M. Cette main est également à l'image de ce que l'on va souvent voir pendant les quelques heures suivantes : en tentant à tout prix de "piéger" son adversaire, Gordon Vayo ne PROFITE PAS de ses bonnes mains. Sur cette main #209, un bon bet au flop (avec ses 2 paires) aurait pu terminer la main en sa faveur. Et même si Nguyen avait callé, le roi de pique n'aurait pas amélioré sa main (qui rappelons-le n'était qu'un faible Q-5) et un nouveau bet au turn aurait donné un GROS gain à Vayo. C'est évidemment plus facile à dire lorsqu'on voit les cartes des deux joueurs… smile Néanmoins, on a vu par la suite de NOMBREUSES mains où Gordon Vayo avait la "top paire" au flop et se contentait de "checker", laissant ainsi son adversaire améliorer sa main au turn et/ou la river.
Franchement, c'était énervant à force… On avait parfois l'impression qu'il ne voulait PAS gagner… neutral

Ah, et oui, vous avez bien lu ci-dessus : "quelques heures"… rigole Car le caractère "défensif à outrance" de Gordon Vayo associé à la structure lente du tournoi (qui ne change pas, même en fin de tournoi) donne ce résultat : même mené largement, il peut RÉSISTER LONGTEMPS ! Et ce heads-up a pris l'allure d'un VÉRITABLE MARATHON… Le troisième jour a débuté vers 17h30 heure locale (Nevada), le heads-up a commencé vers 19h, et s'est terminé… à plus de 3h du matin !! (toujours heure locale) blink tongue
Il faisait presque jour sur la Côte Est, et en France la matinée était bien avancée (heureusement, c'est la SEULE semaine de l'année où le décalage horaire est d'une heure de moins, car les USA ne changent d'heure que dimanche prochain…).

Qui Nguyen : Champion WSOP 2016
WSOP.com
À la main #298, on a bien crû que c'était fini. Alors que Vayo est progressivement descendu à son minimum depuis le début de la journée (avec seulement 52M de chips), il va all-in avec              , largement dominé par le               de son adversaire. Mais cette fois, c'est lui qui touche la couleur avec 2 piques sur le turn et la river (ce que l'on appelle un "runner-runner flush"), lui permettant de doubler son stack et de revenir dans le match. D'autant qu'il touche un full deux mains plus tard, ce qui fait que les joueurs sont désormais revenus à 193M contre 144M. Et c'est reparti pour encore deux heures supplémentaires… rigole

Il faut finalement attendre la main #364 (et après une dernière heure, il faut le dire, assez chiante, alors que le reste de la finale avait été de grande qualité jusque là…) pour avoir le dénouement de ce duel au sommet. Gordon Vayo engage l'intégralité de ses 53M sur              , et il est immédiatement callé par son adversaire, qui a              , soit une meilleure main (d'autant que la présence commune du 10 enlève des chances à Vayo).
Le flop est :                     . Cela donne déjà la top-paire à Nguyen, et élimine donc les valets de l'équation (à moins bien sûr d'en toucher deux…). Néanmoins, cela donne aussi deux possibilités de suite pour Vayo ("straight") : n'importe quel 8 ou dame suffirait (mais pas JQ). Mais le turn est un 2, et la river est un 3…
=> Gordon Vayo termine donc deuxième et empoche tout de même la coquette somme de près de $4.7M.

Quant à Qui Nguyen, il devient le champion du Monde WSOP 2016, et remporte donc $8M (cf. ci-dessus la photo traditionnelle, avec l'argent, le bracelet, et la main gagnante au milieu). Il aura fallu 182 mains dans ce head-ups pour finir le tournoi (et plus de 8 heures de jeu wink !), ce qui est exactement le nombre de mains qu'il a fallu pour éliminer les 7 premiers joueurs de cette table finale (sur trois jours).
Une victoire méritée, tant il a été le véritable animateur de ces trois derniers jours de compétition, sachant ensuite parfaitement bénéficier de l'attitude un peu trop "attentiste" de son adversaire en heads-up.