Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  16-05-2014 06:19:13   Les suites du "Sterling scandal"

Il est clair que ces Playoffs NBA 2013-2014 auront été marqués par les déclarations ouvertement racistes du propriétaire des Los Angeles Clippers, Donald Sterling.

L'affaire a eu un ÉNORME retentissement aux USA (et dans le monde entier, mais à de moindres mesures). La NBA a réagit assez vite en bannissant à vie le coupable, et en lui affligeant la pénalité maximale prévue dans ses statuts (2.5 M$, une goutte d'eau pour le milliardaire).
Ainsi qu'une volonté affichée d'obliger Sterling à vendre la franchise au plus tôt…

Depuis, c'est un feuilleton de télé-réalité rigole :
  • L'épouse (séparée mais non divorcée) de Sterling a alors réagi en disant qu'elle détenait 50% des parts, et qu'elle n'avait pas l'intention de vendre.
  • La NBA a signalé que si une décision des propriétaires (aux trois-quarts des votes) intervenait, elle s'appliquerait à "l'ensemble des actionnaires", dont la femme de Sterling (qui, admettons-le, n'a rien à faire avec cette affaire, et se trouve prise dans la tourmente ; je conçois parfaitement qu'elle veuille se défendre…).
  • Après deux semaines (ce mercredi), nous avons eu droit à une interview sur CNN, où Sterling s'excusait et demandait une "seconde chance", admettant une "erreur". Mais cette interview a peu convaincu, d'autant qu'il s'en prend encore à Magic Johnson.
  • Et aujourd'hui (15/05), nous apprenons que les avocats de Sterling rejettent l'amende de 2.5M$ sous prétexte "qu'aucune réglementation de la NBA n'a été enfreinte".
=> Quelque soient les arguments des avocats (dont je ne doute pas a priori de la validité), je ne pense PAS que c'est le BON message à envoyer.
Si Sterling veut VRAIMENT 'se faire pardonner', il me semble évident qu'il doit admettre les sanctions, et en particulier celles financières (qui rappelons-le, sont une goutte d'eau par rapport à sa fortune).
D'autre part, son combat semble perdu d'avance : même s'il gagne juridiquement sur cette amende, il a DÉJÀ PERDU médiatiquement. Les médias américains sont contre lui (à 100%, sur ce que j'ai lu), les joueurs 'légendaires' aussi, et je pense QU'AUCUN JOUEUR ne voudra signer chez lui à l'avenir (note : les joueurs actuels ont des contrats, donc c'est difficile pour eux de s'exprimer…).

On se demande donc à quoi sert un éventuel "acharnement juridique" tellement la cause est entendue. neutral
Le plus tôt il vendra sa franchise, le plus il en tirera des bénéfices. Car achetée seulement 13 M$ dans les années 80s, la franchise vaut actuellement au moins 20 fois plus, soit un bénéfice plus que conséquent…
Alors pourquoi s'accrocher ?

Néanmoins, "l'avocat du diable" dira qu'il est tout aussi évident que :
  • d'une part, la société "capitalistique" des États-Unis (et du monde occidental par extension…) n'a aucune légitimité à OBLIGER quelqu'un à vendre un bien, quel qu'il soit (autre que terrains, cf. expropriations, mais c'est un cas spécial).
  • d'autre part, les médias américains "zappent" sur la question, MAIS il n'en reste pas moins que l'affaire est issue de la diffusion d'une conversation privée (et quoi de plus privé quand on parle au téléphone avec son ex-maitresse). Si tout le monde condamne (justement) Sterling et ses propos, il faudrait AUSSI condamner la "petite-amie" qui s'est servi de cet enregistrement pirate pour se venger… Le respect de la vie privée, ça existe aussi, et on en parle peu dans ce débat… sad