Accueil

 

Contact

 

 

 
  • Sports 
  • » Euro 2008

Euro 2008 (RSS feed)

Commenter

Au revoir (bis)  (20-06-2008)

A la suite du long article précédent, et comme suggéré dans le sous-titre, c'est également un "Au revoir" au blog de l'Euro 2008.

Comme vous l'aurez constaté, je n'ai pas commenté les derniers matchs des groupes B et D.
Tout simplement parce que je ne les ai pas regardés...
Et il s'avère que poster un commentaire sur un match non vu (chose que j'ai fait au début, dans le groupe D) est totalement ridicule, c'est même contraire à "l'esprit" blog.

La non-qualification de l'équipe de France porte un coup fatal à ma motivation à regarder les 7 matchs restants, et du coup mon aptitude à commenter ces matchs.
Commenter

Au revoir...  (20-06-2008)

La France est donc éliminée de cet Euro 2008... Et en même temps disparaît mon intérêt pour la compétition.

FranceFrance / Italie : 0 - 2 | La France a été logiquement éliminée par l'Italie, qui a sût profiter du fait que les Pays-Bas ont "joué le jeu" (même avec une équipe légèrement remaniée) en battant la Roumanie pour se qualifier en quart de finale.
Sur le match lui-même, les français pourront prétexter des circonstances de match peu favorables, voire malchanceuses : d'abord la sortie sur blessure dès la 8ème minute de Franck Ribery, l'un des seuls bleus capable de créer un peu de jeu dans cet Euro, puis le penalty assorti d'un carton rouge pour Eric Abidal à la 25ème, offrant le premier but italien. Enfin, le fait que ce soit Thierry Henry qui détourne involontairement le coup franc amenant le deuxième but.
Hormis cette malchance, il faut admettre que l'équipe de France n'a pas été ridicule dans ce match, et par certains moments on pouvait même en oublier qu'ils jouaient à 10 contre 11...

Néanmoins, la France, favori possible au début de la compétition, termine dernière de son groupe avec 1 nul et 2 défaite, 1 but marqué contre 6 buts encaissés... C'est un ECHEC cuisant, quoi qu'en dise le sélectionneur "farfelu" qui refuse de prononcer le mot.
On peut toujours dire qu'on n'a pas eu de chance, il n'empêche que sur l'ensemble des trois matchs il est clair que l'équipe présentée N'AVAIT TOUT SIMPLEMENT PAS LE NIVEAU pour se qualifier. Et je ne vois pas pourquoi le sélectionneur (au contraire de certains joueurs lucides comme Patrice Evra qui analysent correctement la défaite) tente vaguement d'avancer des excuses "bidon" ou des "projets d'avenir" alors que 90% des supporters ont VU les matchs et SAVENT que l'équipe était tout simplement NULLE durant cet Euro.

Du côté individuel, certains "cadres" (d'autres diront "vieux") n'ont pas été à la hauteur :
- Lilian Thuram, perché du haut de ses 142 sélections, non seulement n'a pas pesé de son expérience, mais en plus a été l'un des artisans de la lourde défaite contre les Pays-Bas (et du coup, n'a pas été aligné contre l'Italie).
- Willy Sagnol a montré son insuffisance sur le côté gauche, lui aussi a été écarté contre l'Italie (mais du coup, la défense proposée lors de ce match décisif était inédite, un choix particulièrement risqué de la part de Domenech).
- Patrick Viera n'a pas joué, à cause d'une blessure mal résorbée. Fallait-il le garder  dans la sélection UNIQUEMENT parce qu'il en était le capitaine incontesté ? Argument hautement discutable...
En revanche, certains autres "vieux" (comme quoi l'âge n'est pas le SEUL critère) n'ont pas démérité :
- Gregory Coupet s'est pris beaucoup de buts, mais pour la quasi-totalité de ceux-ci, il n'y pouvait rien. Il a au contraire sauvé 3 ou 4 situations critiques.
- Thierry Henri n'a certes marqué qu'un seul but (le seul de l'équipe), mais il n'a pas été servi par ses coéquipiers, on ne peut donc pas lui reprocher quelque chose qui est plutôt à mettre au crédit d'un "déficit offensif général".
- Claude Makelele en milieu de terrain a été EXCELLENT (l'un des meilleurs bleus tous postes confondus), en tout cas par rapport à la performance de l'équipe globale.

Certains "jeunes" n'ont pas concrétisé les espoirs que l'on mettait en eux :
- au premier rang desquels Karim Benzema s'est révélé timoré et intimidé contre la Roumanie et transparent contre l'Italie.
- quant à Gomis, on cherche encore UNE action où il se soit mis en valeur..
D'autres "jeunes" auraient sans doute mérité un plus grand temps de jeu :
- Clerc, dans le match contre l'Italie, était encore imprécis dans ses centres, mais a surtout été handicapé par une mauvaise coordination de l'ensemble de l'équipe qui semblait "découvrir" qu'il y avait un joueur sur le couloir droit... (à de nombreuses reprises, il était démarqué mais personne ne songeait à lui passer le ballon).
- Patrice Evra a été excellent pendant le peu de temps de jeu qu'on lui a attribué (c'est à dire contre l'Italie), il fera partie à coup sûr de "l'équipe type" du futur.
(A part, parce que plutôt bon, mais sans impact majeur, le cas Jeremy Toulalan, qui a bien remplacé Viera, sans erreur, mais également sans les inspirations géniales de "l'ancien").

Mais bizarrement, c'est de la part de la "génération intermédiaire" que sont venues les plus grandes déceptions. En mettant à part le cas Franck Ribery, qui n'a rien à se reprocher et qui aurait pu être le grand animateur du troisième match s'il ne s'était pas blessé dès le début, c'est incontestablement dans cette catégorie que l'on trouve les "plus mauvais joueurs de cet Euro" (et ce n'est pas la peine de les accabler en précisant leurs erreurs, tout le monde les a vues, reste juste à espérer que l'on ne verra plus ces 2 joueurs en équipe de France...) :
- Florent Malouda
- Eric Abidal (sans même compter le penalty..)

Les errances individuelles de certains, la méforme (ou les blessures) d'autres ne suffisent pas à expliquer la débâcle. Il y a avait également un état collectif déficient, et c'est peut-être ENCORE PLUS GRAVE.
Perdre (même largement) contre l'équipe (qui semble) la plus en forme du moment et perdre sur un match décisif émaillé de nombreuses malchances n'aurait pas été si dramatique.. Mais il y a eu "Roumanie - France"...
Dans ce premier match, l'équipe de France n'a RIEN fait, RIEN tenté, juste montré son insuffisance et son "NON-ENVIE" de jouer (ce qui est pire que le cas des roumains, qui eux, avaient au moins une "stratégie" derrière tout ça). Elle a également révélé que les automatismes offensifs entre les joueurs N'ETAIENT PAS EN PLACE. Le deuxième match a révélé qu'en plus les automatismes DEFFENSIFS n'y étaient pas non plus..
En gros, IL N'Y AVAIT PAS D'EQUIPE dans cet Euro, juste une accumulation de compétences (et en plus, certaines étaient discutables).

On en vient donc naturellement au rôle et à la responsabilité du sélectionneur...

1) Raymond Domenech n'a PAS CHANGE entre 2006 et 2008. Si on est arrivé en finale en 2006, c'est que les JOUEURS n'avaient pas les mêmes travers que ceux que j'évoquais plus haut. Malheureusement, en 2008, les joueurs n'ont pas suffit à contre-carrer l'effet néfaste du sélectionneur.

2) La sélection en elle-même peut être discutée (par exemple le cas Viera), mais elle le serait MOINS SANS les déclarations de Domenech après l'élimination : "cette équipe a de l'avenir", "l'Euro n'était qu'une étape pour la Coupe du Monde 2010"..
S'il s'agissait réellement de "sacrifier" l'Euro pour l'avenir de l'équipe dans 2 ans (ce qui, déjà, est en soi discutable), alors POURQUOI sélectionner des anciens tels Thuram et Makelele (dont on savait à l'avance que c'était leur dernière compétition) et pas des "espoirs" tels que Diarra, Mexes, Clichy, et d'autres.. ??!

3) Le coaching pendant les matchs était PARTICULIEREMENT NUL : quel interêt de remplacer, IMMEDIATEMENT après le penalty, Nasri par Boumsong, alors que l'on était mené 0-1 dans un match que l'on devait ABSOLUMENT gagner ? Il fallait au contraire accepter de prendre des risques avec une défense à 3 afin de laisser le virevoltant Nasri se procurer d'éventuelles occasions..

4) Depuis le début de son investiture, Raymond Domenech a été le champion de la MAUVAISE COMMUNICATION.. Rappelez-vous les matchs de qualification pour le Mundial où il se satisfaisait d'un match nul contre les Iles Feroe (sans manquer de respect, mais bon..). JAMAIS Domenech n'a livré une analyse de match honnête, cadrant avec l'esprit général (du public et des journalistes). JAMAIS il n'a admis que l'équipe avait été mauvaise (voire nulle), on l'a même vu APPLAUDIR à la fin du match contre la Roumanie...
Mais plutôt que d'admettre un échec (même si sur certains matchs, ce n'est pas lui qui est en cause), il préfère les "bons mots", les phrases toutes faites, au mépris non seulement des journalistes (c'est son droit de ne pas aimer les journalistes et les conférences de presse), mais SURTOUT AU MEPRIS DES FRANCAIS, supporters ou pas, qui écoutent (ou lisent) également ses propos.
@Domenech : quand l'équipe de France perd, ou fait match nul contre une équipe faible, c'est MAUVAIS, certains supporters PLEURENT, ce n'est pas le moment pour dire "y'a eu de belles actions" ou "on verra au prochain match" ou "1 point c'est pas si mal, ça va être serré jusqu'au bout"...
Quand on est mauvais, on est mauvais, point. Il faut l'admettre et le DIRE.

5) Dans la série du point précédent, la référence du sélectionneur à sa vie privée à la fin du match contre l'Italie est probablement la goutte d'eau qui fera (espérons-le) déborder le vase..
Même s'il a essayé de minimiser l'incident le lendemain (son portable a dû sonner toute la nuit...), cela s'inscrit tout à fait dans sa logique de communication : j'en ai RIEN A FOUTRE de l'équipe de France, c'est un travail comme un autre, qu'ils perdent ou qu'ils gagnent je suis toujours payé (cher, 40k), peu m'importe ces incultes de journalistes je m'accrocherai à mon poste quoi qu'il arrive...

Pour finir sur une note positive, soyons conscient qu'il y a en France de nombreux talents pour prendre la relève de cette équipe déficiente (dans l'ordre, du goal vers l'attaque) :
Mandanda - Clichy, Evra, Clerc, Mexès - Toulalan, Diarra, Ben Arfa - Benzema, Anelka, Cisse

Au revoir les Bleus...
Adieu Domenech.
Commenter

Incroyable retour  (16-06-2008)

Début de la troisième série de matchs du premier tour (les deux matchs du groupe sont désormais programmés à la même heure pour ménager le suspense, mais cela ne comptera finalement que pour le groupe C qui est le seul groupe où les deux matchs sont importants).

TurquieSuisse / Portugal : 2 - 0 et Turquie / R.Tchèque : 3 - 2 | La Suisse a profité du fait que les portugais alignaient une équipe fortement remaniée (pour faire reposer les cadres en vu du quart de finale) pour quitter leur Euro sur une victoire.
Le deuxième match était décisif pour l'obtention de la deuxième place qualificative. Menés 0-2 à 15 minutes de la fin, les turques ont réalisé un incroyable retour pour s'imposer finalement 3-2 !!

Les deux qualifiés du groupe A sont donc : Portugal et Turquie (la Turquie affrontera la Croatie en quart de finale).
EspagneSuède / Espagne : 1 - 2 et Grèce / Russie : 0 - 1 | Les grecs tenants du titre ont donc été éliminés dès leur deuxième match, sans surprise. Dans l'autre match, les espagnols ont confirmé leur statut en s'imposant sur la Suède, prenant du même coup la première place du groupe D.

La deuxième place qualificative se décidera lors du dernier match du premier tour : Russie / Suède.
Commenter

Surclassés...  (14-06-2008)

Alors que l'Italie, contre la Roumanie, n'a pas fait mieux que la France contre ce même adversaire, cette dernière a montré un jeu certes plus plaisant que lors du premier match, mais encore largement insuffisant pour avoir des ambitions dans cet Euro.

ItalieItalie / Roumanie : 1 - 1 | On attendait un match fermé, voire ennuyeux, les roumains ayant annoncé qu'ils se contenteraient encore d'un match nul. Il n'en fût rien. Si le début du match a été dominé par les italiens qui se sont procurés plusieurs occasions, les roumains ont été bien moins frileux que contre la France, répondant eux aussi par des attaques construites et emmenant la première période sur un bon rythme.
Au retour des vestiaires, l'Italie aurait pu ouvrir le score par Luca Toni, mais le but a été refusé pour un hors-jeu imaginaire. A la 55ème minute, une passe en retrait complètement ratée de Zambrotta offre un ballon facile à Adrian Mutu qui ouvre le score. Mais la joie des roumains est de courte durée : dès la minute suivante Panucci reprend un corner et égalise.
La décision se joue à la 80ème minute : l'arbitre siffle un penalty pour la Roumanie, mais Mutu bute sur un Buffon impeccable, qui sauve ainsi les italiens d'une élimination prématurée.

FrancePays-Bas / France : 4 - 1 | Dans l'autre match, les hollandais ont une nouvelle fois fait preuve de leur efficacité offensive en écrasant une équipe de France certes plus réveillée que lors de son premier match, mais d'un niveau encore très faible.
Dès la 9ème minute, sur le premier corner de la partie, Kuyt assome les français (1-0). Il faut attendre une bonne demi-heure avant de voir les premières vraies occasions françaises, malheureusement non conclues, et la France peut se satisfaire de n'être menée que d'un but à la pause, tellement elle est dominée par les Oranges dans tous les compartiments du jeu.
A la reprise, une main non sifflée dans la surface hollandaise aurait pu changer le cours du match (quoique..). C'est au contraire les Pays-Bas qui vont doubler la mise à la 59ème minute, à l'issue d'une véritable démonstration de football (l'un des plus beaux buts de la compétition), terminée par une passe de Robben vers Van Persie qui ne laisse aucune chance à Coupet (2-0). A la 71ème minute, sur un long centre de Sagnol, une petite déviation de Thierry Henry permet aux français de croire à un improbable retour (2-1). Mais une minute plus tard, c'est Robben, qui d'un missile tiré dans un angle complètement fermé vient annuler ce sursaut (3-1).
C'en est visiblement trop pour la France : à l'image de Thierry Henry à genoux sur la pelouse, les français baissent les bras et ne crééront plus rien de la rencontre (pourtant, on a vu dans le match que dès qu'il se décidaient à accélérer un peu le jeu, ils pouvaient être dangereux, malheureusement ces moments sont trop peu nombreux). Et c'est assez logiquement, que par une frappe magistrale sous la barre transversale, Sneijder vient parachever l'écrasante victoire batave (93ème).

Les Pays-Bas sont la 3ème équipe déjà qualifiée, mais à la différence des deux autres qui joueront la place lors du dernier match, ils sont également déjà assurés de finir premiers de leur poule. Ils pourront donc se contenter d'envoyer une équipe "bis" contre la Roumanie, ce qui n'arrange pas les affaires des deux autres équipes.
En effet, l'Italie ou la France peuvent encore se qualifier, mais seulement si la Roumanie ne bat pas les Pays-Bas. Un match nul entre la France et l'Italie qualifie la Roumanie (à cause du goal average, donc sauf si la Roumanie perd de plus de 3 buts, et dans ce cas c'est l'Italie qui serait qualifiée).
Donc pour la France : il faut gagner contre l'Italie et espérer que les roumains ne battent pas les Pays-Bas.
Commenter

Première surprise  (13-06-2008)

CroatieCroatie / Allemagne : 2 - 1 | Alors que l'Allemagne était favorite pour ce match, c'est finalement la Croatie qui a créé la première surprise du tournoi.
Dès le début du match, les croates se sont montrés entreprenants et ont concrétisé leur domination à la 24ème minute (1-0). Face à des allemands peu convaincants, constrastant avec leur premier match, les croates ont continué à presser et à se procurer de nombreuses occasions, obligeant en particulier Lehman à un bel arrêt en fin de mi-temps (42ème).
Au début de la seconde période un changement allemand semble porter ses fruits, mais ils se retrouvent de nouveau impuissants face au pressing tout terrain des croates (qui courrent sur tous les ballons, ils ne sont pas comme les français gênés par "la chaleur" ou "la pelouse qui accroche"... wink). Un rebond chanceux sur le poteau adverse permet ensuite à Olic de doubler l'avantage (2-0, 62ème). Malgré la réduction du score par Podolski (3ème but personnel dans la compétition, soit TOUS les buts allemands), la Croatie l'emporte finalement sans contestation.

AutricheAutriche / Pologne : 1 - 1 | Malgré un gros début de match autrichien, ce sont les polonais qui marquent en contre à la 30ème minute. Tout le reste du match sera très rythmé, avec des occasions de chaque côté, mais aucun but.
Mais alors que l'Autriche se dirige vers l'élimination, ils bénéficient à la toute fin des arrêts de jeu d'un penalty (le premier de cet Euro) pour tirage de maillot. Ivica Vastic (93ème) permait donc aux autrichiens de conserver un espoir (même si ce sera certainement dur de se qualifier). A plus de 38 ans, il devient également le buteur le plus âgé de l'histoire de l'Euro (record qui sera difficile à battre).

La Croatie est qualifiée, l'autre place qualificative se décidera lors du troisième match (avantage actuellement à l'Allemagne).
Début de la deuxième série de matchs, première équipe qualifiée, première équipe éliminée.

R.TchèqueR.Tchèque / Portugal : 1 - 3 | Les deux équipes ayant chacune remporté leur premier match, c'était l'occasion pour le vainqueur de se qualifier, tandis que le perdant serait éliminé.
Ce sont les portugais qui ont ouvert la marque par Deco (7ème minute), mais les tchèques ont égalisé 10 minutes plus tard. Grâce à un marquage particulièrement serré sur Christiano Ronaldo, et surtout à un grand Petr Cech, auteur de deux arrêts de grande classe en fin de première mi-temps, les tchèques parvenaient à conserver cette égalité à la pause.
Mais à la 63ème minute, Christiano Ronaldo, bien servi par Deco, réussissait enfin à mettre un pied dans la surface adverse et ne manquait pas l'occasion de marquer son premier but de l'Euro. Les tchèques continuaient d'attaquer, mais sans succès et dans les arrêts de jeu, Deco, l'homme du match, s'infiltrait une nouvelle fois pour servir un caviar à un coéquipier et parachever la victoire portugaise.

TurquieSuisse / Turquie : 1 - 2 | C'est sous une pluie diluvienne que s'est déroulée une grande partie de la première mi-temps. Et c'est en grande partie grâce aux énormes flaques d'eau ralentissant le ballon que les suisses ont ouvert le score à la 32ème minute.
Les deux équipes se sont ensuite neutralisées, avec des occasions de chaque côté, jusqu'à l'égalisation turque survenue à la 57ème minute par Sentürk. La fin du match fût assez tournée vers l'offensive, ce match nul ne satisfaisant aucune équipe.
Mais alors que l'on se dirigeait tout droit vers ce nul, une belle frappe de Turan (légèrement détournée) anéantissait les derniers espoirs suisses (92ème).

Le Portugal est donc d'ores et déjà qualifié (la place dépendra du dernier match) et la Suisse est éliminée de SON Euro.
Quant à la seconde place qualificative (ou première en cas de large défaite du Portugal dans le dernier match), elle se décidera lors d'un véritable huitième de finale dimanche prochain entre la R.Tchèque et la Turquie (les deux équipes étant en plus à égalité parfaite au goal-average).
Débuts aujourd'hui des quatres dernières équipes en lice, celles du Groupe D.
(Note : contrairement à d'habitude, je n'ai pas vu personnellement les matchs, les analyses seront donc moins poussées...)

EspagneEspagne / Russie : 4 - 1 | L'Espagne a brillament confirmé son statut de favori possible en disposant de la Russie, grâce en particulier à 3 buts de David Villa (le premier triplé et "coup du chapeau" de la compétition).
Le score ne reflète peut-être pas tout à fait la physionomie du match : d'une part, il y avait 3 - 0 jusqu'à 5 minutes du coup de sifflet final, d'autre part les russes ont par deux fois manqué de refaire leur retard, échouant sur les poteaux adverses. Mais globalement, la défense russe n'a pas été à la hauteur et les espagnols leur étaient nettement supérieurs.

SuèdeGrèce / Suède : 0 - 2 | Les tenants du titre (vainqueurs chez eux en 2004) semblent avoir retrouvé leur statut "habituel" : celui d'équipe faible. A l'issue d'un match soporifique (certainement pas autant que celui de la France...), la Suède a fini par débloquer la situation à l'heure de jeu. Les grecs ont joué à l'image de ce qu'ils avaient montré en 2004 (et un peu comme les roumains hier), très défensifs, ce qui leur avait permis de remporter le titre à la surprise générale il y a 4 ans. Mais l'équipe a peu changée et est désormais vieillissante, et surtout la mode est aujourd'hui plutôt tournée vers l'attaque pour les adversaires éventuels.

Tous les groupes ont désormais joué 1 match, on a donc vu les 16 équipes engagées. Même s'il faudra attendre au moins la fin de la deuxième série de matchs pour faire de vrais pronostics, on peut néanmoins dire que les 4 équipes (une par groupe) qui ont le mieux démarré cet Euro (à la fois sur le plan comptable et sur le plan "jeu proposé") sont :
Portugal - Allemagne - Pays-Bas - Espagne
La première journée du Groupe C a montré un contraste étonnant : d'une part le pire match depuis le début de la compétition (et de loin), et d'autre part le meilleur (et de loin)...

FranceRoumanie / France : 0 - 0 | Il y a parfois de "bons" matchs nuls et même de "beaux" matchs nuls. Le moins que l'on puisse dire, c'est que celui-là n'a été ni l'un ni l'autre : pas "bon" sur le plan comptable, surtout pour la France qui affrontait l'adversaire a priori le plus faible de la poule et qui se devait de faire le plein de points afin de se mettre un peu à l'abri ; encore moins "beau", autant on s'est ennuyé à regarder ce qui ressemblait plus à une séance d'entraînement en petit footing qu'à un vrai match de football lors d'une compétition internationale.
En tout cas, le résumé du match est facile à faire : RIEN !
Pas d'arrêts de gardien, pas de tirs dangereux (le SEUL tir cadré français est une balle molle de Benzema dans les bras du gardien roumain à la 56ème minute, quant à Gregory Coupet il aurait autant pu regarder le match sur le banc de touche tant il n'a rien eu à faire), pas même d'occasions franches (juste quelques frappes au-dessus ou à côté de la part des deux équipes).
Mais ce qui est encore plus grave pour l'Equipe de France, c'est qu'il n'y a quasiment eu aucune tentative d'accélération ou de débordement, ou même volonté de se démarquer : au contraire, les joueurs français se contentait de se passer mollement le ballon, le plus souvent en arrière, tout le monde était statique et se déplaçait EN MARCHANT ! (y compris les roumains, dont la tactique annoncée était de défendre en bloc et d'attendre un éventuel contre).
Bref, un match à oublier bien vite, en espérant que quelqu'un aura la bonne idée de prévenir les joueurs français que la compétition a commencé, que l'entraînement est terminé, et qu'il doivent se réveiller et se mettre à jouer au football s'il ne veulent pas repartir ridicules de Suisse.
A noter que c'est pour le moment le seul match nul et le seul match sans but de cet Euro (et quoi qu'il arrive dans les 25 matchs restants, cela sera très sûrement le match le plus nul de la compétition...).

Pays-BasPays-Bas / Italie : 3 - 0 | Au contraire, le deuxième match de la journée a été une rencontre spectaculaire, au rythme très enlevé du début jusqu'à la fin. Le "Allemagne / Pologne" d'hier était déjà bien dynamique, mais ici non seulement il y a eu un engagement total des 22 joueurs, mais en plus de nombreuses occasions des deux côtés, certaines très nettes, obligeant les gardiens à de magnifiques parades.
Le sort du match s'est joué en 2 temps : tout d'abord, le premier but marqué par Rudd Van Nistelrooy, l'attaquant de Manchester, à la 26ème minute. Un but malheureusement entâché d'une erreur d'arbitrage flagrante (au moins dans l'esprit, certains contestant ce point), puisque l'attaquant batave était largement hors-jeu. Dans la foulée ou presque, les italiens se font prendre une seconde fois, cette fois par une reprise de volée magnifique de Wesley Sneijder (31ème minute).
Mais même menés 2 - 0, les italiens continuent de jouer chaque ballon, et ce sont eux qui vont déclencher le deuxième temps fort, en seconde mi-temps : entre la 69ème et la 77ème minute, il vont se procurer 3 occasions nettes successives (dont l'une sauvée par un excellent Van der Saar) de réduire le score. Mais le match sera finalement plié deux minutes plus tard par les hollandais.
Les Pays-Bas, que l'on disait légèrement diminués pour ce match, ont donc créé la surprise en s'imposant largement sur leur véritable "bête noire" depuis 30 ans (dernière victoire en 1978). Quant aux champions du monde en titre, même battus, et légèrement fébriles sur certaines actions défensives, nul doute qu'ils voudront remettre les pendules à l'heure dès leur prochain match (et il y a peu de chance que les roumains puissent réaliser encore un match nul en ayant cette fois en face une équipe qui joue vraiment au football).
Décidemment, il ne fait pas bon être organisateur dans cet Euro !

AutricheAutriche / Croatie : 0 - 1 | Le deuxième pays organisateur n'a pas fait mieux que son voisin helvétique, s'inclinant sur le même score. Vivement critiqués à l'intérieur de leur propre pays pendant la phase de préparation (certains souhaitant même le retrait de l'équipe de la compétition qu'ils organisaient !), les joueurs autrichiens n'ont pas su se remettre d'un penalty concédé dès la 4ème minute de jeu.
Cette modeste équipe (la plus faible, sur le papier du moins, des 16 engagés, l'Autriche ne pointant qu'au 92ème rang FIFA) aurait cependant pu espérer mieux, tant la Croatie a parue loin de ce que l'on pouvait attendre d'eux, en particulier en seconde mi-temps où ils ont semblé incapables de tenir sur le plan physique.
Malgré la défaite, les joueurs autrichiens auront peut-être réveillé par leur combativité l'intérêt de leurs compatriotes, dont plus de la moitié se déclaraient inintéressés par la compétition.

AllemagneAllemagne / Pologne : 2 - 0 | Le deuxième match du Groupe B a probablement été le meilleur des 4 proposés jusqu'ici.
Les Polonais ont imposé dès le début un rythme important, rendant la rencontre intéressante. Malheureusement, leur élan a été stoppé à la 20ème minute : sur une belle passe à la limite du hors-jeu, Miroslav Klose n'a eu qu'à donner à Lukas Podolski pour que celui-ci inscrive facilement le premier but, les deux hommes étant seuls devant le gardien polonais, loin devant une défense polonaise totalement prise à revers. Ironie de l'histoire, Klose et Podolski sont tous deux d'origine polonaise !
En début de seconde mi-temps, les polonais ont de nouveau appuyé sur l'accélérateur, s'offrant de nombreuses occasions, mais butant toujours sur une défense allemande impeccable. Et c'est sur une erreur défensive (et grâce à une passe allemande un peu chanceuse) qu'ils ont finalement concédé un deuxième but, par une belle reprise de volée du même Podolski, qui s'offre ainsi le premier doublé de cet Euro.

L'Allemagne prend donc la tête du Groupe B et conforte son statut de favori de la compétition. Mais sur ce qu'elle a démontré ce soir (et au vu de la performance des deux autres équipes du groupe), nul doute que la Pologne se battra pour la seconde place qualificative.

Demain, ce sera le tour du Groupe C, avec l'entrée dans la compétition de l'équipe de France dans un match déjà décisif (vu la composition de ce "groupe de la mort"..) contre la Roumanie (à 18h, sur M6).
Début ce samedi de la compétition, avec les premiers matchs du Groupe A.

R.TchèqueSuisse / R.Tchèque : 0 - 1 | La Suisse, pays organisateur avec l'Autriche, a donc raté son entrée dans la compétition, et ce malgré une légère domination, en particulier en début de match et en fin de deuxième mi-temps. Ils ont eu l'occasion d'égaliser en fin de match mais Cech a détourné le ballon sur le poteau du bout des doigts.
D'autre part, le capitaine Alexander Frei, l'un des meilleurs atouts de la sélection suisse, a dû sortir sur blessure, victime d'un choc violent.
(Edit : après constat médical, les ligaments du genou sont touchés, Frei est donc indisponible pour le reste de la compétition.)

PortugalPortugal / Turquie : 2 - 0 | Le Portugal a logiquement remporté son premier match, devant une sélection turque, certe vaillante, mais peu imaginative.
Les Portugais font partie des favoris possibles pour la compétition, et prennent pour l'instant la tête du groupe.

Les prochains matchs du groupe (mercredi) pourraient donc être déjà décisifs : d'un côté le R.Tchèque / Portugal sera un vrai huitième de finale (en cas de vainqueur, il serait quasiment qualifié), et de l'autre le Suisse / Turquie sera synonyme d'élimination prématurée pour le perdant.
(ce sera d'ailleurs probablement le cas dans d'autres groupes, c'est la règle de ces "groupes à 4", soit 3 rencontres seulement : la moindre victoire fait peser la balance vers la qualification alors qu'une défaite met tout de suite un doute sur la suite de la compétition).
  • Sports 
  • » Euro 2008