Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  01-03-2010 13:48:00   Grippe A : l'Académie critique le plan de vaccination

MpokNews
Administrateur
Inscription: 06-02-2006
Messages: 149

Campagne de vaccination de masse mal conçue, difficultés logistiques, effet contre-productif entraînant la méfiance du public face à de futures alertes : …

Lire l'article…


Administrateur MpokNews

#2  01-03-2010 17:59:03

Stilh
Régulier
Inscription: 01-12-2007
Messages: 64

Fin 2009 et durant des jours et des jours, on ne pouvait pas allumer la télé sans voir apparaître Roselyne Bachelot, ministre de la santé (et de la peur ? ), qui nous prédisait une mort certaine si l'on ne faisait pas vacciner rapidement contre le virus de la grippe A(H1N1).

Stéphane Guillon ne se privait pas de persifler  : "César de la meilleure actrice : Roselyne Bachelot. Après "Roselyne et les lions", "Roselyne et la grippe A", l'histoire d'une escroquerie géante orchestrée par l'OMS et les labos pharmaceutiques. Un César qui récompense le merveilleux talent d'interprétation de Mme Bachelot qui a su explorer tous les registres (...)"

Trois mois après, voici venu le temps du bilan.

Les épidémies de grippe surviennent chaque année au cours de l’automne et de l’hiver dans les régions tempérées. Elles provoquent des hospitalisations et des décès principalement parmi les groupes à haut risque (très jeunes, personnes âgées ou maladies chroniques). Au niveau mondial, ces épidémies annuelles sont responsables d’environ trois à cinq millions de cas de maladies graves, et 250 000 à 500 000 décès. (Site gerarddesaintmars)

Le graphique ci-dessous est sans appel !
http://s168804610.onlinehome.fr/ah1n1etsaison.jpeg

Source OMS
(http://www.who.int/mediacentre/factshee … index.html)

94 millions de vaccins commandés pour environ 5 millions de vaccinés…
Les centres de vaccination fermés depuis le 1er février 2010…
Le Haut Conseil de la santé publique, interrogé sur la pertinence de poursuivre la campagne de vaccination généralisée en cours, vient de changer profondément de recommandation, proposant de la recentrer sur les personnes à risque de complications et les personnels de santé et médico-sociaux les plus exposés...
L'Académie nationale de Médecine critique le plan de vaccination...
Georges-François Leclerc, directeur de cabinet du ministre est remercié...
François Hebert, qui était chef de pôle dans la gestion des crises sanitaires a disparu...

Madame BACHELOT est toujours ministre de la santé.

#3  01-03-2010 19:17:08

Mpok
Habitué très actif
Inscription: 06-02-2006
Messages: 402

Il est clair que cette campagne de vaccination a été un échec - on n'avait pas besoin de l'Académie de Médecine pour s'en rendre compte...

C'est surtout la communication et la logistique mise en place (ces fameux "centres de vaccination") qui sont criticables : comment imaginer que l'on va faire 50 km aller-retour pour aller se faire vacciner ? (d'autant que les horaires d'ouverture du centre ne sont pas précisés).
Si les médecins de ville avaient été intégrés au dispositif dès le début (tout en installant quand même les centres pour gérer d'éventuels afflux), le taux de vaccination aurait été bien meilleur.

D'autre part, la campagne de vaccination elle-même a débuté trop tard par rapport au début de la communication. Certes, on ne pouvait pas disposer des vaccins plus tôt, mais on pouvait au moins mettre la pédale douce sur la communication en attendant cette date.

Enfin, rendre la vaccination obligatoire par décret pour les personnels de santé aurait (peut-être) évité les polémiques sur le vaccin lui-même.

En revanche, je ne critique pas l'achat massif de doses :
- d'une part, toutes n'ont pas finalement été achetées (et loin de là). Le chiffre réel est plutôt 3 fois moins important.
- d'autre part, il faut bien prévoir... A l'époque on ne savait pas si il y aurait épidémie ou pas, et qu'est-ce qu'on aurait dit si on s'était retrouvés en pénurie ?

#4  08-03-2010 13:10:45

Stilh
Régulier
Inscription: 01-12-2007
Messages: 64

Après le temps du bilan, voici venu celui des comptes…

Selon le Journal du Dimanche (JDD), la facture globale de la lutte contre la grippe A s'élève déjà à plus d'un milliard d'euros. Le quotidien a notamment tenu compte de la rémunération des 10 000 vacataires et les dépenses liées aux consultations des médecins généralistes.

Alors que deux commissions d'enquête parlementaires ont été créées sur la gestion de la grippe H1N1, la chambre sociale de la Cour des comptes vient elle aussi de lancer son propre audit.

Le ministère de la Santé n'a pas voulu confirmer ces estimations. "Nous sommes en train de traiter les différentes remontées chiffrées, l'objectif du ministère étant, dans un souci de transparence, de donner le coût constaté de la campagne de lutte contre la grippe", a précisé le ministère. (surtout pas de chiffres avant  les régionales !)

Reprenant l'argumentaire du gouvernement déployé depuis plusieurs semaines, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a estimé hier qu'on n'en faisait "jamais assez s'agissant de la sécurité, de la santé de nos concitoyens."

Mais en même temps le forfait hospitalier augmente (les pauvres auront un peu plus de difficultés pour se faire soigner) et 200 médicaments supplémentaires ne seront plus remboursés…

De toute façon, ceci n’excuse pas la gestion désastreuse de ce dossier. Il n’y a pratiquement que les membres du gouvernement pour estimer que le plan vaccination a été un succès.

La grippe A a fait un peu plus de 300 victimes en France, ce qui est bien inférieur au décès de la grippe saisonnière qui sévit chaque année, et aura coûté plus d’un milliard d’euros au contribuable français.

Je fais mien ce commentaire trouvé sur la toile :
Je trouve que le système actuel a déraillé, c'est du grand n'importe quoi, nous avons besoins des sous de la sécu pour les maladies graves ! Je préfèrerais savoir mes impôts utilisés une greffe d'organe, plutôt que dilapidés pour une grippette qui enrichit les Labos! J'irais me faire vacciner le jour ou nous aurons une entité vraiment indépendante qui attestera de la sécurité des produits, qui fera virer les adjuvants dangereux, qui surveillera vraiment ce qui se passe sur le terrain et qui sera un peu plus prompte à retirer les médicaments suspects... et surtout pas tant que les labos eux mêmes auront la charge de prouver l'innocuité et l'efficacité de leurs produits!

Plus que le coût financier, c’est la défiance dont ont fait preuve les français à l’égard des autorités responsables qui est à souligner.

Il y a eu une mauvaise appréciation du risque, une débauche de moyens inconsidérés face à une situation qui n’avait rien d’une pandémie, et Madame BACHELOT est toujours ministre de la santé.