Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  30-05-2009 11:33:00   Grippe A(H1N1) : plus de 15 000 cas dans 53 pays

MpokNews
Administrateur
Inscription: 06-02-2006
Messages: 149

La pandémie grippale poursuit sa progression et touche désormais plus de cinquante pays. Désormais séquencé, le virus A(H1N1) peut s'attendre à trouver bientôt un vaccin sur sa route.
Avec 2.112 cas supplémentaires depuis sa mise à jour du 28 mai, l' …

Lire l'article…


Administrateur MpokNews

#2  30-05-2009 18:18:59

Starsky
Membre
Inscription: 26-11-2007
Messages: 13

Et pourquoi ce sujet est-il absent (maintenant) des médias télévisés ?

Ils (les médias télévisés, en première ligne les JT de 20h que ce soit sur TF1 ou France2) ont fait tout un tapage sur le sujet pendant le mois dernier, puis PLUS RIEN....
15000 cas et 53 pays infestés, ce n'est quand même pas rien.
Mais il semble que les journaux télés s'intéressent UNIQUEMENT à l'info "buzz", immédiate (et donc par la suite considérée comme négligeable). En gros, plus l'info date, moins elle a d'importance...
Ce fonctionnement est peut-être naturel (et légitime) pour les sites d'info sur Internet, mais ne devrait pas "déteindre" sur les médias généralistes (en particulier TV, les plus suivis). Un point, même bref, devrait être institué au sein des JT de TF1 et France2.

Le traitement de l'info en France (et dans le monde, parce que je doute que les autres fassent mieux) souffre nettement d'un manque de SUIVI :
- quand parle-t-on de la grippe A(H1N1) ? Uniquement quand il y a des morts français...
- quand parle-t-on du conflit israélio-palistinien ? Uniquement quand il y a des attentats.. Or c'est LE conflit MAJEUR depuis 50 ans...
- quand parle-t-on de l'Afghanistan ? Uniquement quand il y a des morts français... (et pourtant c'est le front principal de la lutte anti-terroriste).
- quand parle-t-on du conflit Géorgie-Russie de l'été dernier ? Jamais.. Et pourtant, le cas n'a pas été réglé.
- quand parle-t-on de l'Irak ? Jamais... Depuis l'éléction d'Obama, les médias ont tendance à considérer ce conflit comme réglé, or c'est loin d'être le cas..

Bref, les problèmes sérieux ne sont pas évoqués dans les JT, et c'est dommage...

#3  07-06-2009 04:23:32

Starsky
Membre
Inscription: 26-11-2007
Messages: 13

Et ça continue (toujours dans l'indifférence des JT principaux)...

Hier on en était déjà à "près de 22.000 cas dans 69 pays"... (!)
Et : "En 24 heures, 2.681 nouveaux cas ont été confirmés, dont 8 mortels"...

Toute la semaine, tous les médias (sauf les JT...) nous ont abreuvé de "menaces de niveau 6" (niveau maximal d'alerte de l'OMS), et surtout de "vaccination globale".

Si on peut féliciter le travail des chercheurs pour l'obtention d'un vaccin, il reste encore à le "valider" par des essais cliniques (pour les effets secondaires), ce que certains médias semblent oublier.
D'autre part, le concept même de "vaccination globale" est tellement idiot que PERSONNE ne l'a relevé (ni dans la presse, ni sur les blogs).

En fait, selon les infos du "Parisien/Aujourd'hui en France" de ce jour (note : non disponible sur mpoknews), une vaccination de 30% de la population mondiale SUFFIRAIT à enrayer la pandémie (ndlr : on parle ici de la pandémie "à venir", c'est à dire de celle provenant d'une recombinaison probable du virus actuel avec celui de la grippe usuelle, qui devrait intervenir l'hiver prochain. Pour l'infection ACTUELLE, c'est trop tard..).

Mais AUCUN média (presse écrite, TV, Internet, ou blog indépendant) ne précise CE QUE SERAIT UNE VACCINATION GLOBALE..
Certes, les moyens de PRODUCTION des vaccins ont été mobilisé depuis plusieurs semaines, on peut donc espérer que les stocks de vaccins seront produits et acheminés dans des délais raisonnables. OK.

Mais qu'en est-il de la relation avec les populations ?

Dans les pays "démocratiques", comment OBLIGER les habitants à aller se faire vacciner ?
S'il faut passer par une loi : on oublie tout de suite, les délais nécessaires (discussions entre les chambres, puis décrets d'application) sont inacceptables en cas d'urgence sanitaire...
S'il faut passer par la contrainte : on touche là à l'esprit même de la démocratie, et même si c'est justifié "pour le bien de tous", bon nombre vont s'y opposer "par principe"...
Et quoi qu'il soit choisi : Est-ce que les moyens nécessaires seront disponibles ? (non..)

Dans les pays "isolés" (je pense principalement à l'Afrique sub-sahariènne en général, mais au pourrait étendre cette catégorie à nombre de pays, comme l'Indonésie, pays réparti entre de nombreuses îles), comment INFORMER les habitants qu'il faut aller se faire vacciner ?
Je n'ai aucune réponse "facile" à cette question.

Vacciner 100% de la population est une utopie, c'est clair... (donc, arrêtez, vous les medias, de parler de cela sans réfléchir... hmm)
Vacciner 30% est DEJA un objectif DIFFICILE à obtenir.
Il faudrait maintenant nous proposer un plan crédible pour l'obtention de cet objectif...

Note : même si le virus actuel a une mortalité qui semble négligeable pour beaucoup, un autre virus pourrait être bien plus foudroyant dans l'avenir. Les interrogations ci-dessus seraient du coup renforcées. Autant prévoir dès aujourd'hui ce qui pourrait avenir dans le futur.
D'autre part, même si le cas est différent (biologiquement), le parallèle doit être fait avec le SIDA : si à l'époque (ou prou) de sa découverte, on avait eu accès à un vaccin, QUID de la vaccination mondiale ?
Le temps étant (malheureusement) mon allié : cela aurait résulté en AUTANT (ou presque) de morts.. Soit des dizaines de millions, quand même...
Tout cela parce que l'humanité (dans son ensemble) N'EST PAS protégée contre ce genre d'agression.

Conclusion : le SIDA, et d'autres "problèmes" sanitaires, n'ont pas fait réagir suffisamment les gouvernements, quels qu'ils soient.
L'ONU devrait promulguer (après discussion entre les membres) une sorte "d'état d'urgence" dans certains cas.
En ce qui concerne les urgences sanitaires, il faut AU MINIMUM revoir les indices de l'OMS. J'ai toute confiance dans cet organisme (jusqu'à présent), mais franchement : si au niveau 5 sur 6, aucun gouvernement ne réagit, on se demande à quoi servent les niveaux 1 à 4...
Et lorsque l'OMS (dans les prochains jours ou semaines) va notifier le "niveau 6", ce sera d'une part trop tard, et d'autre part sans réaction notable de la part des pays de la planète... blink

Dans certains cas "extrêmes", il faut agir RAPIDEMENT et FORTEMENT. Dès les premières alertes de niveau 4 de la part de l'OMS, l'ONU aurait dû déclarer une "situation d'urgence", le Mexique (foyer reconnu) aurait été immédiatement mis en "quarantaine", annulant TOUT contact avec l'extérieur (et oui, tant pis, pour les touristes...).
Puis, TOUS les pays infectés auraient dû être soumis aux mêmes contraintes..
Certes, CA FAIT MAL, (parce que les Etats-unis sont directement touchés au premier chef par cette mesure).
Mais, on veut traiter ou on ne veut pas.
Résultat dans ce scénario : les mêmes nombres au Mexique (rip), 100 (ou 1000) fois MOINS aux US, 0 (ou presque) ailleurs...
Et lorsque le vaccin est trouvé, on le distribue en priorité dans les pays "en quarantaine".

Certains trouveront que ma position est trop "extrêmiste", et que BEAUCOUP de pays auraient perdu beaucoup d'argent en appliquant ce principe.
C'est pourquoi je précise que c'est l'ONU (et on oublie le concept idiot de "Conseil de Sécurité" dans ce cas. Il s'agit d'une urgence mondiale, chacun est concerné) qui décide de ces mesures. Je conçois parfaitement que le Mexique, à qui on se voit dire "vos frontières sont désormais fermées", réponde énergiquement "mais vous tuez notre économie". Nous devons donc créer un fond, TRES négligeable en terme de participation (genre 0,1%), qui répondra aux conséquences de ces rares cas, qui sont malheuresement advenus à nos amis Mexicains.

Si la protection contre le terrorisme reste légitime, la protection contre les virus biologiques naturels reste d'actualité. La différence étant que si un seul pays ou territoire est susceptible d'être touché par un attentat terroriste, toute la planète est globalement la cible des attaques virales...

Il serait temps d'envisager une riposte GLOBALE efficace à ce genre d'attaque.

#4  10-10-2009 13:15:45

teopath
Nouveau membre
Inscription: 10-10-2009
Messages: 2

Le vaccin grippal saisonnier 2008-2009 protégerait partiellement contre le virus A pandémique
Publié le 09/10/2009   
Les mexicains étaient aux premières loges au printemps dernier pour observer l’activité du nouveau virus de la grippe A/H1N1. Et les équipes de recherche se sont attelées tout de suite au travail. C’est ainsi que les résultats préliminaires d’une étude qui ne manquent pas d’intérêt nous sont livrés : le vaccin trivalent de la grippe saisonnière 2008-2009 protégerait en partie contre le nouveau virus A/H1N1, notamment dans ses formes graves. Le vaccin contre la grippe utilisé au Mexique pour la campagne de vaccination 2008-2009 était le même que celui que l’OMS recommandait pour tout l’hémisphère nord et contenait 3 souches : une souche analogue à A/Brisbane/59/2007(H1N1), une souche analogue à A/Brisbane/10/2007/H3N2), et une souche analogue à B/Florida/4/2006.

L’étude dont il s’agit ici concerne des patients consultant dans un hôpital de Mexico spécialisé en pneumologie. Sur les 240 sujets inclus, 60 cas de grippe ont été confirmés, dont  seulement 8 (13 %) avaient été vaccinés l’année précédente. Parmi ces malades atteints de grippe, 18 sont décédés, dont aucun de ceux qui avaient été vaccinés. Davantage de patients non vaccinés ont nécessité une assistance respiratoire (48 % vs 13 %).

Parmi les patients non infectés par le virus de la grippe, ils étaient plus nombreux à avoir reçu le vaccin 2008-2009 (53, soit 29 %). Tout en concluant que le vaccin saisonnier trivalent 2008-2009 semble conférer une protection partielle contre le virus A/H1N1, surtout dans ses formes graves, les auteurs reconnaissent les limites de leur étude, et notamment celles inhérentes à toutes les études rétrospectives. Le biais de recrutement paraît évident, les patients consultaient dans un centre spécialisé en pneumologie et ne peuvent donc refléter le « tout-venant » de la population mexicaine. Il est dommage aussi que le faible nombre des patients recrutés rende certains résultats statistiquement peu significatifs.

Les auteurs de l’étude remarquent prudemment que ces résultats ne doivent pas réduire l’importance de la vaccination spécifique contre le virus A/H1N1 2009. D’autres études devraient nous apporter rapidement d’autres éléments, de quoi alimenter les échanges d’experts pendant les mois à venir.


Dr Roseline Péluchon

http://www.osteopathe-s.info/viewtopic. … 30&p=6

#5  10-10-2009 16:21:16

teopath
Nouveau membre
Inscription: 10-10-2009
Messages: 2

Sur le site de Votre Santé,ça commence a bougé de l'autre côté de l'Atlantique


Arrêter la vaccination contre la grippe aux USA L’avocat Jim Turner vient de déposer plainte en urgence ce vendredi midi à Washingon pour arrêter la vaccination contre la grippe porcine !

Gary Null, ainsi que le personnel des soins de santé de l’Etat de New-York accusent la FDA d’avoir violé la loi en approuvant à la va-vite quatre vaccins contre la grippe porcine sans avoir pris les mesures pour déterminer scientifiquement et la sécurité et l’efficacité des vaccins…

  La plainte ne cherche pas uniquement à annuler “l’autorisation” illégale de ces quatre vaccins contre la grippe H1N1.
La demande est également faite au tribunal d’émettre une ordonnance (injonction), qui interdirait toute exigence de vaccination obligatoire.

  Turner précise que “la FDA est obligée de déterminer si un vaccin est sûr et efficace avant de pouvoir être administré au public”. “Nous témoignons du fait que la FDA n’a pas établi que ce vaccin était efficace ; elle n’a pas non plus établi que ce vaccin était sans danger.”, précise l’avocat.

  La combinaison vaccin/adjuvant que l’on appelle vaccin contre la grippe porcine N’A APPAREMMEMNT JAMAIS ETE TESTEE QUANT A SA SECURITE, NI APPROUVEE PAR LA FDA ;
Si les accusations qui font l’objet de la plainte s’avèrent exactes, cela voudrait dire que la FDA aurait , de manière flagrante, tourné le dos à la science médicale et violé ses propres règles en approuvant, non seulement ces quatre vaccins, mais également les adjuvants chimiques potentiellement meurtriers.

  A la date d’aujourd’hui, LA FDA N’A APPORTE AUCUNE PREUVE DOCUMENTANT DES TESTS DE SECURITE POUR AUCUN DE CES QUATRE VACCINS.
Aucune étude n’a été publiée, aucun rapport d’essais cliniques, aucun document démontrant que des tests de sécurité aient été réalisés.

  Aucun chercheur n’a publiquement accepté de mettre son nom sur un document qui démontrerait que ces vaccins sont sûrs.
Aucun officiel de la FDA n’a jamais déclaré que des tests scientifiques sérieux sur la combinaison Vaccin/adjuvants aient été réalisés, alors que ces vaccins sont actuellement distribués dans toute l’Amérique.
En temps normal, un produit pharmaceutique qui réussit à être approuvé par la FDA laisse derrière lui un volume important de documents témoignant d’une recherche scientifique rigoureuse, peer-review, essais cliniques, et autres preuves.

  A notre connaissance, AUCUN DOCUMENT DE CETTE NATURE N’EXISTE POUR LES VACCINS CONTRE LA GRIPPE.
L’approbation de la FDA concernant ces vaccins semble entièrement relever de la fantaisie.
“Qu’est-ce qui a été a testé ?” a demandé l’avocat Turner. “Où les tests ont-ils été effectués ?”, “Qui a contrôlé les tests ?” et “Qui a déclaré que ces tests avaient démontré et l’efficacité et la sûreté des vaccins ?”. Aucun document ne montre que ces procédures ont été réalisées.

En approuvant les quatre vaccins en l’absence de tests de sécurité, LA FDA ELLE-MEME SE SITUE EN VIOLATION DIRECTE DE LA LOI FEDERALE.
“Il existe une loi à laquelle ils sont supposés se soumettre et ils ne la suivent pas” a ajouté Turner.

  MIKE ADAMS, Natural News, 09.10.2009.



http://www.naturalnews.com:80/027205_va … e_FDA.html


PS;à transmettre d'urgence à Roselyne !!!!