Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  26-08-2009 16:57:54   Statut de l'AFP : modification de la loi de 1957

MpokNews
Administrateur
Inscription: 06-02-2006
Messages: 149

Le projet de loi réformant le statut de l'agence se traduira par une modification "substantielle" de la loi de 1957 …

Lire l'article…


Administrateur MpokNews

#2  30-08-2009 07:48:12

Mpok
Habitué très actif
Inscription: 06-02-2006
Messages: 402

Bon, je réagis, avant que Hutch ne "crie au loup"...
(je m'étonne d'ailleurs qu'il n'ait pas déjà commenté..)

Certes, par "construction" et par "utilisation", il est fondamental que l'AFP reste indépendante.

Mais la "crise des médias" n'a pas attendu la "crise financière" : les médias de presse en général ont des difficultés depuis plusieurs années, même avant la "crise" actuelle.

Dans ce contexte, l'AFP, après plusieurs années déficitaires, est repassé dans le vert, et veut en profiter pour investir sur le futur (et donc se développer). Or son statut actuel (de 1957) est particulier et l'empêche de se développer. Il est donc naturel de vouloir changer cet état de fait, et donc de devenir une société à part entière (c'est à dire entre autre disposant d'un capital, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, à cause de ce statut particulier).
L'Etat concourrant actuellement à 40% du financement, il est LOGIQUE de se tourner en priorité vers ce partenaire..

Alors, OUI, les syndicats vont geuler (et Hutch va renchérir, du genre "Après France Télévision, voilà l'AFP sous contrôle de l'Etat, à qui la suite ?")... wink

Mais qui mieux que l'Etat peut (doit) contrôler l'AFP ? Les journalistes auront sans aucun doute plus de facilité à "négocier leur indépendance" avec l'état français qu'avec un investisseur étranger. A choisir entre une main-mise étrangère (U.S ou pays du Golfe) ou française, je choisis la seconde..

#3  01-09-2009 14:51:00

Hutch
Membre
Inscription: 03-12-2007
Messages: 48

Mpok a écrit:

Bon, je réagis, avant que Hutch ne "crie au loup"...
(je m'étonne d'ailleurs qu'il n'ait pas déjà commenté..)

Hutch est tout simplement fatigué. Il n’arrive plus à suivre !
Depuis deux ans il ne se passe pas une semaine sans que l’on constate une nouvelle tentative du pouvoir pour contrôler l’information.
L’actuel locataire de l’Elysée a pourtant de nombreux amis dans la presse, les médias et parmi les grands patrons…

Voici une liste non exhaustive trouvée sur Internet :

- France Télévisions (l'Etat français : France 2, France 3, France 4, France 5, RFO, France 24, France ô) est présidé par Patrick de Carolis (soutien de Nicolas Sarkozy), et contrôle une diffusion réalisant plus de 40% de l'audience française
- TV5 est présidé par François Bonnemain, un proche de Jacques Chirac et un soutien de Nicolas Sarkozy
- Radio France (France Info, France Inter, France Culture, France Bleu, France Vivace, Le Mouv'), est présidé par Jean-Paul Cluzel, longtemps collaborateur de Jacques Chirac, soutien de Nicolas Sarkozy
- Bouygues détient TF1, LCI, TV Breizh et a des participations importantes dans Metro, TMC, RTL 9, NT1, etc. (Martin Bouygues est le parrain du fils de Nicolas Sarkozy) : plus de 40% de l'audience. N.B. : Laurent Solly, directeur adjoint de campagne de Nicolas Sarkozy a été engagé sur TF1. C'est une nomination demandée directement par l'Elysée.
- M6 est présidé par Nicolas de Tavernost, c'est un soutien de Nicolas Sarkozy. Via une holding, Vincent Bolloré -ami de ce dernier- est un des principaux actionnaires de la chaîne
- Lagardère (Arnaud Lagardère considère Nicolas Sarkozy « comme son frère ») et Editis (propriété de Wendel : présidé par Ernest-Antoine Seillière) réalisent plus des 2/3 de la production littéraire française
- Lagardère est le premier éditeur mondial de magazines, détient de très nombreux journaux, magazines et radios, tels que Paris Match, Le Journal du Dimanche, Elle, Télé 7 Jours, Europe 1, BFM, MCM, Europe 2 TV, a des participations dans Le Monde et dans Le Parisien, est opérateur des NMPP
-Skyblog appartenait au groupe Orbus et a été négocié à AXA sous la tutelle de Lagardère.
- Dassault détient de nombreux quotidiens et magazines, comme Le Figaro et Valeurs Actuelles (Le fils Olivier Dassault est député UMP, Serge Dassault est sénateur UMP et un très proche de Nicolas Sarkozy)
- Bolloré détient les « gratuits » Directs Soir et Matin Plus, la chaîne Direct 8, est indirectement un des principaux actionnaires de M6, possède le groupe publicitaire Havas, possède 44% de l'Institut de sondages CSA (ce qui par ailleurs remet en cause la crédibilité du sondage CSA déclarant que les Français n'étaient « pas choqués » du séjour de Nicolas Sarkozy sur le yacht d' « un ami industriel »)
- Bernard Arnault (témoin du mariage de Nicolas Sarkozy) possède notamment le journal La Tribune et Radio Classique
- Alain Minc (soutien affiché de Nicolas Sarkozy) préside le Conseil de surveillance du groupe Le Monde (avec notamment Télérama, Midi Libre)
- Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) est présidé par Michel Boyon, ancien directeur de cabinet de Jean-Pierre Raffarin
- 60% de la diffusion de la presse magazine sont réalisés par Lagardère, Mondadori France (Silvio Berlusconi) et Dassault
- Agences de presse : il n'y a que 3 agences mondiales : AP (presse US), Reuters (en France, lié à l'Etat français) et AFP (présidé par Pierre Louette, ancien du cabinet d'Edouard Balladur et soutien de Nicolas Sarkozy)

Note : Cette liste est obsolète. Depuis sa parution, quelques changements ont eu lieu. Toujours dans le même sens. Le Président va nommer celui de  France Télévisions (bientôt exit Patrick de Carolis qui a déplu au Prince). Le PDG de Radio France vient d’être nommé. Par qui ? Par Nicolas Sarkozy (enfin sur proposition de…).

Mais cela ne suffit pas. Il faut contrôler les quelques organismes encore indépendants…
Mais surtout le Net, pour éviter que circule, par exemple,  la liste ci-dessus…
La loi HADOPI pour sanctionner le téléchargement illégal ?
Quelle bonne blague ! Bonne excuse ! C’est tout simplement pour pouvoir contrôler plus facilement le web.
Idem pour la Loppsi = loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, qui sous le prétexte de lutter contre la pédophilie va permettre de bloquer l'accès à certains sites web.

Trop, c’est trop. Si les Français laissent faire, c’est qu’ils n’ont que le Président qu’ils méritent !

Pour en revenir à l’AFP, je trouve surprenant que l’on change son statut au moment où  l’agence redevient bénéficiaire. Avec ce nouveau statut, c’est Nicolas Sarkozy qui nommera le PDG ? rigole
Changer le statut pour financer les projets de développement, cela ressemble étrangement aux arguments mis en avant pour réformer le statut de la Poste. On manque décidément d’imagination au gouvernement.

Bref, cela me fatigue de plus en plus.roll

PS : le PDG de l’AFP des années 1993 à 1996 était un ami (excellent joueur de golfe, en passant), je peux assurer qu’il n’aurait jamais accepté d’être nommé par un représentant quelconque du pouvoir. Les temps changent…