Accueil

 

Contact

 

 

 

#1  10-06-2010 22:35:00   Christine Boutin renonce à sa double rémunération

MpokNews
Administrateur
Inscription: 06-02-2006
Messages: 149

Sous le feu des critiques, l'ancienne ministre annonce jeudi soir qu'elle mènera désormais sa mission sur la mondialisation gracieus …

Lire l'article…


Administrateur MpokNews

#2  11-06-2010 09:53:32

Gaston
Régulier
Inscription: 14-12-2007
Messages: 59

La presse commente vendredi 11 juin la polémique liée à la rémunération de l'ancienne ministre Christine Boutin :

VOSGES MATIN

Gérard Noël

"Pan sur le bec. Le Canard a une nouvelle fois volé dans les plumes du microcosme politique. Le joyeux volatile a mis en pleine lumière un de ces petits arrangements entre amis qui ont cours régulièrement dans les allées du pouvoir, mais sont, la plupart du temps, relégués sciemment dans l'ombre tant ils sont incompatibles avec les valeurs de la République. Ainsi donc, la ci-devant ministre du Logement, par ailleurs madone de la droite chrétienne, Madame Boutin planche sur la mondialisation -beau sujet- à la demande de l'Elysée. Si la mission était aussi importante que le proclame la dame et que le suggère la hauteur de ses émoluments (9500 euros mensuels), pourquoi ne pas avoir présenté l'affaire au grand public et en toute transparence ? (...)"



MIDI LIBRE

Yann Marec

"Faut-il blâmer Christine Boutin? Assurément oui. Est-elle seule responsable? Bien sûr que non. Alors que notre Ve République tente de trouver les chemins de la moralisation en politique, voilà que tous les jours les Français découvrent des affaires liées à une dérive monarchique. La France serait coupée en deux: ceux d'en bas, obligés de se serrer la ceinture -crise oblige-, et ceux d'en haut exonérés du mot rigueur en bas de leur fiche de paie. Désolant. Cette mission au demeurant fort sympathique tombe mal pour l'ex-madone de l'assemblée. Pis. Elle choque. jusque dans les rangs de la majorité. 9 500 euros pour l'ex-ministre et 12 500 euros pour ses quatre collaborateurs, il y a de quoi hurler. Mais à y réfléchir de près, ne doit-on pas se tourner à nouveau vers le gouvernement pour poser une question simple: qui a donné l'autorisation pour de tels montants? Christine Boutin ne s'est pas servie dans une caisse noire. Ce contrat a été, forcément, validé au sommet de l'Etat. Des personnalités 'savaient'. Le gouvernement l'a officialisé. Il serait donc injuste de désigner Christine Boutin comme la seule responsable de ce profit indécent. (...)"



LA REPUBLIQUE DES PYRENEES

Jean-Marcel Bouguereau

"Qui avait dit lors de sa campagne : " Je vous propose une République fondée sur le mérite et où chacun aura sa chance ! " ? Nicolas Sarkozy ! A plus de trois ans de son élection, on peut faire le bilan : L'épouse de Xavier Darcos, la femme d'Eric Raoult, la fille de Gérard Longuet,, la nièce de Michèle Alliot-Marie, le fils d'Alain Marleix, sans parler de l'affaire Jean Sarkozy et, dernier en date le fils Bachelot bombardé par sa mère à la tête d'un institut d'éducation à la santé. Dans la nouvelle affaire Boutin, c'est le pire de Chirac qu'a retenu Sarkozy. (...) Hier soir, Christine Boutin décidait de caler devant " l'émoi des Français aux petits revenus ", non sans souligner de manière menaçante qu'elle créait un précédent pour tous les autres dans le même cas ! Mais plus généralement ces affaires posent le problème des retraites des Parlementaires qui se sont récemment octroyés 1572 euros de pension par mois, après seulement 5 ans de cotisation."



PARIS-NORMANDIE

Michel Lepinay

"(...) 9.500 euros par mois pour une mission, n'est-ce pas trop ? Chacun aura un avis. Le niveau de sa rémunération n'est en tout cas pas exceptionnel, pour une mission de conseil confiée à un ancien ministre. Mais il y a en plus sa retraite. Et c'est là que l'affaire tourne vraiment au vinaigre pour elle. C'est le thème douloureux du moment. Les Français ne plaisantent plus sur le sujet. En plus, une retraite de député. L'un des régimes qui avait, pour l'essentiel, échappé au toilettage de la loi sur les régimes spéciaux en 2008. Du coup, Christine Boutin devient l'incarnation de l'avidité cumularde, mais aussi des passe-droits que s'octroierait la classe politique... qui du coup la laisse tomber. Bref, le repoussoir parfait pour son camp de la droite rigide, catholique et moraliste. Vexant pour elle ! Mais c'est la rançon des mesures de rigueur qu'on nous promet : les électeurs vont exiger l'exemplarité de ceux qui décident."



LA VOIX DU NORD

Hervé Favre

"(...) Avec sa retraite de parlementaire (6 000 euros) et ses indemnités de

conseillère générale (2 000 euros), l'ancienne ministre du Logement disposait depuis le début de sa mission - le 1er avril - d'un confortable matelas de 17.500 euros. Certes, cela reste très loin d'un salaire de footballeur moyen, mais c'est tout de même beaucoup pour une responsable politique qui ne joue plus en première division. En temps normal, le sujet est déjà sensible, mais lorsque les Français n'entendent parler que de réduction des dépenses publiques, cela devient injustifiable. (...) A l'heure du " un départ sur deux non remplacé " dans la fonction publique et l'Éducation nationale, le soin mis au reclassement des anciens ministres passe encore plus mal !"
(d'après http://tempsreel.nouvelobs.com/index.html)